La minute culturelle de la dame du 13

Au programme, pour toi, mon ami lecteur anonyme, de la lecture, du home-cinema et une critique de concert.

Ta pilàlire est dévastée ? tu en as ras le bol du livre de gonzesse ? Tu veux du beau, du bien écrit, du qui touche sans (trop) te bouleverser dans les grandes largeurs ?

J’ai ce qu’il te faut :

Ce que je sais de Vera Candida de Véronique Ovaldé

Oh le beau livre ! Un roman dédié aux femmes mais que la gent masculine peut lire. Ca ne parle pas shopping, prince charmant et copines délurées. C’est même tout le contraire. La destinée de 4 femmes, de l’arrière grand mère à l’arrière petite fille. Des femmes fortes, indépendantes, dures même pour certaines. Des vraies femmes, avec la vraie vie. Dans un pays imaginaire d’Amérique du Sud, on ne sait trop à quelle époque.

Pas de pathos, pas d’abus de superlatif. La vie crue, aussi cruelle qu’elle peut être belle.

Pas un pavé, facile à lire, intelligent. Ce n’est pas pour rien que ce roman a reçu plusieurs prix. Pas encore sorti en poche il me semble.

Je le recommande vivement.

 

– La délicatesse de David Foenkinos

Si je te dis que j’ai encore plus aimé que Ce que je sais de Vera Candida, tu l’achètes tout de suite ?

Selon les critiques que j’ai lu après avoir fini le livre il semble que les avis soient très partagés. Soit on adhère, soit on est déçu. Ne connaissant pas l’auteur, je ne pouvais pas être déçue.

Ca parle d’amour, de séduction laborieuse, de fragilité, de ce que ce sont les défauts qui séduisent et font une personne. Ca parle de la délicatesse.

C’est chapitré de façon amusante et innovante. Et il m’a fallu arriver à une phrase qui va me marquer longtemps pour regarder le nom de l’auteur. Et étonnement suprême, c’est un homme qui a écrit ce livre. Et jeune en plus. Pour un peu je lui enverrai bien un mail pour savoir si cette foutue phrase est vraie ou non !

Ca se lit vite. Une journée, deux soirées de lecture.

Et il va faire partie de ma liste de livres fétiches pour la décennie à venir.

Au même rang que Le Liseur, Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates, ensemble c’est tout et d’autres.

Après c’est comme pour tout, il y a des livres qui trouvent une résonnance en chacun ou pas du tout.

Adoré n’est pas le terme adéquat. Emue, touchée, voire bouleversée, voilà ce qu’a fait ce roman sur moi.

 

 

Que regarder après le diner ?

Enfants couchés, chien nourri, sorti, et rien à la télé ? Sauf que t’as pas envie de lire, de surfer sur le net ou de câliner mr ou madame.

T’as juste envie de faire un sitting-chocolat-couverture-polaire sur le canapé ?! Me rétorque pas que c’est l’été, on se pèle les miches chez moi !

J’ai deux trois films à te proposer.

– The Reader, avec Kate Winslet et Ralph Fiennes entre autres. J’avais adoré le livre, Le liseur, lu plusieurs fois, j’avais peur d’être très déçue du film, comme souvent. Et ce fût tout le contraire. J’ai pleuré, parce que je suis une fontaine lacrymale comme chacun sait ici. Très bien adapté, l’atmosphère est là, la trame aussi, les moments importants. Les acteurs justes, pas de surjeu. Kate Winslet exceptionnelle. Avec la grande question du film, peut-on aimer une personne malgré ses actes ?

– Slumdog Millionaire. Inspiré du livre, à lire absolument, les Fabuleuses aventures d’un Indien malchanceux devenu millionaire. Si tu as déjà lu le livre, oublie le avant de voir le film. Si tu n’as pas lu le livre tu trouveras ce film sûrement très bien. Olivier a beaucoup aimé. Moi moins, parce que je voulais y voir le livre et que s’il y a l’idée de départ, trop peu de choses y sont retranscrites.

Ce film de Danny Boyle avait fait grand bruits à sa sortie en 2008 et remporté deux tonnes de prix dont 8 oscars. C’est un beau film. Comme c’était un beau livre. Mais qui ne sont que cousin et ça m’a froissée.

Néanmoins c’est à voir.

– Mamma Mia !

On a mis le film dans le lecteur dvd sans grand enthousiasme à la base. Mais ABBA et Meryl Streep méritaient le coup d’oeil. Et on s’est marré ! Olivier autant que moi. C’est bien foutu, drôle, sous-titré pour les chansons qui arrivent toujours au bon moment. Y a du second degré excellent, des acteurs qui jouent le jeu sans se prendre au sérieux. Une trame interessante.

Une excellente soirée, légére et pétillante.

– Numéro 9

C’est un film d’animation, conte philosophique. Dans l’esprit de Tim Burton. En pire. Absolument pas adapté aux enfants. Mais du tout du tout du tout. A moins de vouloir les terroriser. L’étrange Noël de Mr Jack fait figure de Cendrillon à côté de Numéro 9.

Peu de dialogue, une maitrise de l’animation génialissime, de la profondeur, de la subtilité.

Si tu aimes le genre, fonce, et si tu as aimé le film, ne zappe pas le making-of vraiment bien fait en bonus. Pour une fois qu’un bonus est vraiment bien foutu.

 

On a eu les bouquins, les dvds. Je t’ai occupé 6 soirées de ta semaine. Il en reste encore une. Parlons concert !

Parce que je te suis très dévouée, j’ai pour toi hier bravé la pluie et le vent de Sibérie pour aller assister au concert de Christophe Willem au festival DARC de Châteauroux. 

J’avoue, je ne suis pas fana de Willem, dont je ne connais que 5 chansons, 6 tout au plus. Mais j’ai adoré entre nous et le sol sur son dernier album, donc allons y. En prime, je vis avec quelqu’un qui a quelques privilèges VIP dont je profite allégrement. Lui  bosse, moi je vois du pipole de près. De très près. J’ai pas fais la photo avec mr Willem parce que je sens que lui et moi on rend pas bien en photo. Mais il était à quoi, 2 mètres ? Ninon et Maïa ont pu avoir leur photo dans les bras de la star, elles. Merci papa d’avoir accès à tout !

Après avoir fait les gens importants, on a été se trouver des places pour attendre le début du concert. Dans le froid, même si dieu merci c’est couvert le festival. Début à 22h30 au lieu de 22h. Hummm ….

Beaucoup de chansons de son nouvel album, quelques anciennes, un Sunny au piano dans un moment qualifié de « plus intime ». Ah non, mais il chante à la perfection Mr Willem, jamais une fausse note, impeccable. Il a même traversé la salle en long en large et en travers. Nous nous sommes donc retrouvé à côté de lui en tenue de scène cette fois ci, tentant de chanter ce qui nous était imparti. Sans grand enthousiasme, je dois bien l’avouer.

Parce qu’en fait, on s’est fait chier. J’ai honte de le dire. Mais ses chansons, bien que parfaitement interprétées sont à se foutre une balle dans le crâne de desespoir. On a hésité à aller braquer une pharmarcie pour avoir du Prozac pour passer la nuit. Et on est parti avant la fin, comme pas mal d’autres. La déprime en chanson pendant 1h30 ça paye plus bien. Et puis euh, je suis pas spécialiste de Willem comme dit plus haut mais on a aussi eu l’impression d’écouter la même chanson pendant 20 minutes, alors que non hein c’était pas la même, c’était plusieurs différentes. Mais tout se ressemble.

Si t’es fan de Willem continue d’aller le voir, c’est pas mon avis qui changera quoi que ce soit. Si t’es pas un fan à la base, et que comme moi tu aimes seulement les plus connues, reste chez toi. Tu seras pas emballée par le spectacle.

 

Et donc tu as compris que ta 7e soirée de la semaine, tu devras te débrouiller tout seul pour te l’occuper ! Je peux pas tout te mâcher non plus oh !