La maison est en cartons !

Pirouetteuuuuhhhh cacahouéteeuhhhhhhhhhh, la maison est en carton, les escaliers sont en papier, les es-ca-li-ers sont en pa-pier

 

La cuisine est livrée ! Le dressing aussi !!!

Ca sent l’entrepôt ikea. Si si. C’est à prendre au premier degré. Ca sent le carton chez moi. Un peu comme une odeur de poussière. Ca va sentir le doliprane du coup. Au sens figuré, entendons nous !

Je suis poète ce matin.

Je suis contente surtout !

Je vais pouvoir déballer un devant de tiroir pour admirer la future couleur en situation à la lumière de la pièce et voir si avec la peinture envisagée « ça le fait ». Rhooo je suis contente !

Il est vrai que le père Noël a un poil tarder pour la livraison, mais de toutes façons ça aurait bouffé toute la place sous le sapin. Et partout dans la maison.

Puisqu’il y en a là :

Et aussi là :

Et ici :

Et puis pour finir, un tout petit peu là :

3 semaines de bonheur nous attendent où chaque carton ouvert nous procurera une joie immense !  Je pense qu’il est temps d’aller commander le carrelage.

Ce week end j’ai un dressing. J’en reviens pas, des années que j’en rêve. Comme quoi, tout vient à point à qui sait attendre.

Ca ne marche pas pour tout, mais apparemment pour les dressings c’est pas mal.

En attendant, j’ai une robe à couper moi. Faudrait pas oublier les priorités.

La robe noire

Le mariage des Picards c’est toujours la semaine prochaine et comme on essaye de ne pas avoir l’air de miséreux sortis de notre Berry nous misons tout sur l’apparence !

Cette fois ci je me suis attaquée à Ninon. Non elle n’a pas eu mal. Elle est même ravie. Je pense que si je l’autorisais à garder sa robe pour dormir, manger, se doucher, aller au collège et recommencer, elle signe de suite.

Sauf que c’est pour le mariage la robe et qu’il est hors de question qu’elle puisse être abimée d’ici là.

 

Pour le patron, avec une ado de 12 ans bientôt qui mesure 1,65m, on ne peut plus taper dans de l’enfant. Et ma fille n’est pas taillée comme un japonaise. Le cardigan en jersey gris, qui m’a coûté un bras, peut me le certifier. Nous ne voyons pas comment elle peut le porter…J’ai donc éliminer d’office tout patron japonais avec forte tendance de sac à patates.

Et je me suis rabattue sur Deer and Doe . Oh Mon Dieu ! Des patrons extraordinaires ! Tellement bien coupé, français de surcroit, avec les marges de couture comprises. Un vrai bonheur. Rien à redire à coudre. RIEN. Juste le plaisir de voir le vêtement se construire. Et je ne te parle pas des explications limpides. Mais limpides et au cas où tu auras un doute, le blog de la marque est une mine d’or sur les questions techniques. Je suis fan de Deer and Doe. Résolument conquise.

Et sur Ninon, c’est parfait.

Je te montre :

Belladone Deer and Doe taille 36

Gabardine noir Buttinette

Cache coeur Kiabi…Aucun commentaire sur la couleur.

Des pinces, des poches, la classe !!!

Nan mais t’as vu ce dos ??? Comment on peut ne pas craquer hein ?!

Evidemment qu’on ne peut que l’aimer d’amour cette robe. Elle est parfaite ! Et comme le patron va jusqu’au 46, je vais aussi pouvoir m’en faire une, et pour ma soeur et ma belle soeur, et ….

Je vais acheter tous les autres patrons de la marque. Le prochain sur la liste c’est Airelle ou Sureau, ou les 2 !!! Les 2 !!!

J’ai reçu tout à l’heure le livre pour photographier ses créations. Gardons espoir toi et moi, je ne peux que m’améliorer. Et jusque là, je ne l’ai pas ouvert !

La prochaine fois ce sera une robe de petite. Il m’en reste encore 3 à habiller.

Point travaux cuisine – Acte II

Nous sommes dimanche, ce qui n’est théoriquement un scoop pour personne.

Comme annoncé, je suis maintenant l’heureuse propriétaire d »une superbe cuisine camping 4****

Parce qu’on a la classe, ou on ne l’a pas.

Pour commencer, le avant après ou le jeu des 7 différences :

 

Après la 2e phase de démontage :

 

Alors alors ? Cherchons bien ce qui a changé…

Hummmm oui, le très élégant buffet 1/3 vitré a changé de côté.

La table est revenue dans la cuisine.

Et surtout, oui surtout, voyons l’aspect pratique de cette nouvelle cuisine.

Car, une partie de mes doléances ont été prises en compte, je trouvais le four trop haut. Quand on l’ouvrait, on avait toujours ce petit appel d’air brûlant sur le visage, un régal. C’est terminé ! Aujourd’hui ce seront mes mollets qui prendront le chaud.

Et puis combien n’ai-je gueuler de cette plaque de cuisson trop basse et de la hotte, trop basse aussi. Vu la hauteur de ma plaque aujourd’hui  et le dépôt de la hotte à la déchetterie, tout ceci est réglé.

Grâce à un fort habile DIY,  je t’explique immédiatement comment toi aussi tu peux obtenir la même chose.

D’abord photo :

Waouhhhhhh ! Trop bien ce meuble de cuisson compact ! J’adore, j’adhère ! Comment je peux le refaire chez moi ?!

Mon ami lecteur, ceci n’est malheureusement pas à la portée de tous, je le crains. Il va te falloir un matériel spécifique. D’abord il te faut une cuisine moche, plus ou moins rustique, style année 80. Puis une demi tour de four. Si tu as une tour complète, il te faudra couper proprement le bas. Afin que ton four repose à 3cm du sol. C’est important.

Le haut du meuble sera découpé aux dimensions de la plaque de cuisson à y encastrer. Evidemment comme les dimensions seront quasiment égales à celles de la plaque à encastrer, il te faudra renforcer tous les côtés par des vis, des équerres, des étais de soutiens.

Le placard en dessous te fera un habile rangement, où tes casseroles seront alors à proximité directe.

Pour plus de fun, tu peux rajouter des roulettes à ton meuble. Ainsi il sera nomade ! Le seul inconvénient est que si tu mesures moins d’un 1,70m il te faudra un réhausseur/tabouret/hauts talons afin d’aller vérifier le fond de tes casseroles.

Mais on a pas rien sans rien !

Je crois qu’avec cette cuisine de compétition je suis revenues aux sources, le superflu a été éliminé (à part le lave vaisselle mais faut pas abuser non plus). Cuisiner ici va être un tel plaisir. Une joie de chaque instants.

Et puis, j’ai quand même retrouvé ma table…Et il ne me reste que quelques petits carreaux récalcitrants à enlever.

D’ici un mois ça devrait avoir changer un peu d’allure.

Oh pas le plafond non…Puisque le dossier de l’éco-prêt nous a été renvoyé. Il faut faire refaire 2 devis, ils ne suivaient pas assez à la lettre les devis types.

Pour mémoire, nous ne sommes dessus que depuis octobre. Peut être qu’en fin de semaine, nous pourrons retenter notre chance, si les entrepreneurs veulent bien refaire, encore, un nouveau devis, selon le modèle et remplir toutes les petites cases. Sans oublier un chiffre, un code ou une ligne.

J’avoue, j’ai fais des modèles à chacun pour n’avoir à m’en prendre qu’à moi même si une fois de plus ça nous ai retourné, voire pire, refusé.

Je sais pas pourquoi, mais quand je vois le mois de janvier tout pourri qu’on vient de se farcir, ça n’augure rien de bien terrible pour le reste de l’année.

Projet 52 semaine – 2

Quand tu verras apparaître ce logo, si tu n’aimes pas le scrap, tu pourras passer ton chemin. Il est là pour indiquer la continuité du projet 52 semaines.

Logo du blog Histoires de Pages

Tu ne pourras pas dire que t’es pas prévenu(e).

 

Je suis déjà en retard de 2 semaines, mais j’espère bien me rattraper rapidement. Je dois encore traiter le thème « Art » et « Yeux », puis « Chaussettes » la semaine prochaine pour réussir à être à jour.

3 après midi scrap ou soirée scrap’…

Sachant que j’ai 4 robes à coudre pour dans 2 semaines.

Je suis laaaaaaaaaaargeeeeeeeeeeeeeee !!! ( et je ne fais pas référence à mon tour de taille, nanmého, pas de mauvais esprit)

Alors en semaine 2, il fallait traiter le thème « Froid ». Tu vas me dire, finger in the nose avec la neige de la semaine dernière. Sauf que non. J’avais fais une photo du jardin un matin glacé, et je n’avais pas envie de changer. Le toit blanchi, le bleu des portes de l’atelier ( de jardin, pas le mien d’atelier), la végétation dénudée…Tout ça tout ça.

Et tu connais ma technique photographique, j’avais une photo correcte, c’était pas la peine de tenter le diable.

Voilà donc mon interprétation :

 

Le journaling ( c’est tout le blabla qui accompagne généralement les photos scrappées ) et moi, nous sommes fâchés. Ce qui peut paraitre étrange quand on sait tout ce que je peux écrire. Je titre parfois, je date généralement et c’est tout.

 

La prochaine fois que je reviens, ce sera pour une cuisine camping 4****…La livraison de la vraie est fixée pour la semaine prochaine. Si c’est tenu, le week end prochain, j’aurais un dressing dans ma chambre !

Point travaux cuisine – acte I

Tu n’as pas eu la tunique hier, certes. Mais tu auras la cuisine aujourd’hui.

Et oui, on ne peut pas tout avoir.

J’ai fais quelques photos de la tunique en même temps que la cuisine à l’instant, mais le fait est que je ne suis vraiment pas douée. Je vais devoir investir dans ce livre très vite. C’est un achat qui s’impose.

Alors, la cuisine, où en est on ? On se met une petite photo d’avant pour faire le jeu des 7 différences ?

Et après la première phase de démontage :

 

Il y a quelques différences quand même ! Mais si !!! Regarde mieux…

Mais oui ! La Tassimo n’est plus rouge mais grise ! Quel oeil averti ! J’entends dans le fond qu’il y a également des jardinières sur le bord de la fenêtre qui n’y était pas avant ! Incroyable ! Mon lecteur, je suis épatée !

Evidemment ces quelques subterfuges visuels flagrants ne pourront longtemps cacher le fait que :

– c’est carrément le bordel là dedans, y a pas d’autres mots. De fait, je m’aperçois sur les photos qu’il y a une bouteille de vin qui est à portée de main d’enfant. Riche idée. Je ne sais même pas d’où elle sort. Encore un truc à bazarder aux verres qu’on met religieusement de côté et qu’on emmène, euh…rarement.

– y a plus le carrelage mural sur une partie de la cuisine. Je dois finir l’autre, oui je sais.

– le meuble haut à 3 portes est devenu un élégant buffet de cuisine bas. Rien ne se perd, tout se transforme. Qui fait aussi fonction de plan de rangement. C’est ça, avoir tout à portée de main.

– je n’ai plus de table. La chaise sert à poser la couverture qui protège la plaque induction quand on travaille dans la pièce.

– il n’y a plus de hotte, au moins on ne se cogne plus en cuisinant.

– je ne suis pas sûre que les repas servis actuellement puissent être qualifié de « cuisiner ». Mais on ne se cogne plus.

– je n’aurais plus à nettoyer les joints des petits carreaux !!! Wouhouhhhhhhhhhhhh

– je dois finir d’enlever le carrelage du plan de travail. Pas youhouh.

– je n’ai plus de gaz dans le placard ! Ni dans la cuisine. Ce qui est bien.

Samedi, je n’aurais plus de meubles bas non plus. Enfin presque plus. Juste de quoi avoir la plaque et le four ( un DIY dont tu me diras des nouvelles), mais j’aurais toujours mon évier. Et la plaque, et le four. Et ma table reviendra dans la cuisine. Pour faire plan de travail ou placard, enfin les 2 je crois.

Dès que ça avance, promis tu auras des photos.

Ah, ça le bonheur des travaux de cuisine, tu vas le partager avec moi.

Si, si, si, j’insiste. C’est cadeaux !

 

Comme un (c’est) Dimanche

Une semaine déjà que les patrons sont décalqués et les tissus coupés.

La robe a été finie en milieu de semaine, la tunique il y a une heure. Il ne restait pas grand chose, juste les ourlets et la pose des boutons sur le devant.

Enfin des boutons…En faignasse absolue que je suis, j’ai juste collé des pressions.

Mais tu ne verras pas les photos de la tunique aujourd’hui. Parce que les piles de l’appareil photo sont déchargées. Ce qui n’est pas du tout agaçant. Surtout que je traine toujours à faire les photos, rapport au fait que je ne suis vraiment pas douée et que quand j’ai les enfants sous la main, c’est la lumière qui est absente.

Un jour, quand la « véranda » sera refaite, j’aurais un endroit plus adapté à la photographie. Pour le moment il y fait 5°C tout au plus et elle est envahie des meubles de la cuisine démontés hier. Qui aurait dû partir à la déchetterie ce matin, mais que vois tu, il a trop neigé cette nuit pour tenter le coup.

En parlant de cuisine, j’espère pouvoir te faire un point travaux demain.Si j’ai la date de livraison.

Revenons à la robe de Valentine. Une robe Ellis Island de C’est Dimanche en taille 8 ans, particulièrement simple pour un rendu assez classe. Une robe trapèze améliorée avec une fermeture à pression sur l’épaule. 4 pièces à décalquer, couper, assembler. C’est rapide.

 Ellis Island 8 ans C’est Dimanche

Coton prune de mon mag’ de tissus local

Coton à pommes cadeau de madame grain de Cél

Pression Kam Trezh-babig

Détail, patte de boutonnage, il n’y a que la pression sur l’épaule qui n’est pas décorative.

Si tu crois que je ne t’entends pas à dire  » quoi mais encore du prune ??? Mais enfin mais pourquoi ?! Certes c’est une jolie couleur, mais il faut changer là. C’est une monomaniaque de la couleur la dame du 13, ou elle fait du prune ou elle fait du rouge. Faut qu’elle se diversifie. Et vite ! »

Je te promets que les prochaines cousettes ne seront ni prune, ni rouge ! Tu verras du noir, du gris, du bleu, de la couture pour bébé, du petit chausson en cuir, de la couture pour adulte en taille 36 et de la couture fille taille 8 ans.

Déjà tu verras plus en détails la tunique qui est sous la robe, une tunique c’est Dimanche aussi, qui va se voir adjoindre sa sur tunique en prune ( pardon pardon pardon) mais pas tout de suite parce que ce n’est pas très urgent. Mais comme c’est une couture rapide, si j’arrive à le caser entre deux arrachages de carrelage mural et montage de meubles de cuisine et dressing, je ferais ça.

Je te dis à demain pour la tunique et à mardi pour le point travaux. Oui j’ai décidé de décaler, c’est comme ça. Je fais ce que je veux !

A demain quand même !

Faut qu’on parle

Oui, lecteur mon ami, faut qu’on cause.

Parce que suite au postage de cette photo :

La Dame du 13, janvier 2013

J’ai reçu ici et là plusieurs commentaires, fort sympathiques au demeurant, comme quoi je fais jeune.

Ce qui vous parait étonnant !!!

La dame du 13, vous l’imaginiez comment ????

Sur Facebook où c’est actuellement ma photo de profil mais ne le restera pas très longtemps tellement je ne peux plus me voir, 3 jours me suffisent amplement pour passer de « ah je l’aime bien celle là, je la garde ! » à « je vais me dégager ces joues de hamster et ce sourire à la con, me gave ça »

Enfin sur facebook disais-je, j’ai même eu des commentaires me disant qu’au premier abord on pensait que c’était ma fille ainée !

Ce en quoi, je vais te démontrer très vite que ça n’était pas possible.

Elle a des lunettes marron. D’un.

De deux, elle a 12 ans.

Je t’entends dire « ouais, et ??? »

A 12 ans, aucun gamin ne sourit gentiment à l’objectif.

Nan.

Sauf s’il est rémunéré.

Cher.

A partir de la 6e, jusqu’au lycée, en gros. Un ado qui sourit est

petit a – avec ses « potes »

petit b – avec ses « potes » au téléphone

petit c – avec ses « potes » sur internet ( facebook and co)

Volontairement, l’ado ne sourit plus.

Plus avec ses parents du moins.

A moins d’une absence de contrôle passagère.

Après laquelle il se reprend généralement très vite, pour faire genre « ouais mais en fait, je me fous de votre gueule ».

Un ado ne peut pas avoir de parents cool, ni un habitat sympa, ni des fringues trop stylées.

En tout cas, pas en présence de ses parents. Ce serait la honte absolue. La mort de l’adolescence collégienne.

Nan, mais même si tu fais des efforts, tu seras toujours qu’un « parent ».

C’est dur, je sais.

Et c’est peut être à force de dire des choses comme ça, que toi, lecteur mon ami, tu me vois AUSSI dans la peau d’un parent.

Un parent, ça a un âge indéterminé, généralement entre 40 et 50. Un style vestimentaire indéterminé aussi, mêlant le confort au …confort. Scholl, Damart, Coeur croisés de Playtex et Armand Thierry pour les grandes occas’.

C’est comme ça que tu me vois ???

Vain Diou !

Sinon, pour faire jeune, j’ai plusieurs secrets. Je me teint les cheveux, sinon ils sont totalement blancs. Moi aussi, ça me fait pleurer.

Je me tartine de « correcteur de teint » La Roche Posay (marque à forte image jeune et dynamique, n’est il pas ?!)

Et les lunettes cachent habilement cernes et poches.

En plus d’améliorer nettement ma vue.

Rapport que maintenant sans lunettes, je ne peux plus lire le prix sur une étiquette.

Tu me diras que c’est pas grave, je suis consignée chez moi.

Je peux plus lire sur écran non plus.

Je ne peux plus lire du tout.

J’envisage un renouvellement de carte d’identité avec comme prénom  » Renée la Taupe »

Sinon, notre préposé bancaire est censé avoir transmis le dossier de l’écoprêt aujourd’hui même. Il parait que si on a pas de nouvelles avant la fin de la semaine prochaine c’est bon signe. Il a pas interêt de m’appeler. Sauf pour me dire que c’est ok.

Et ma carte bleue n’est bloquée qu’à l’étranger. Je suis au taquet du plafond de paiement à l’étranger… Enfin quand on sait qu’en payant en France on entame du même coup le plafond de paiement à l’étranger, faut pas s’étonner non plus !

Mais c’est pas grave, je prends la carte bleue de l’homme. Il dépense rien lui (je le fais pour deux). Mes chaussures sont donc officiellement commandées.

Ainsi que 25 mètres de tissus.

Qu’il va falloir transformer vite en choses portables. Parce que je n’ai matériellement pas la place de les ranger dans l’atelier.

Ni dans mon dressing d’ailleurs

Rapport que je ne sais pas du tout quand il arrive.

Ni la cuisine.

Un jour…

Projet 52 semaines

Avant de porter un jugement sur ce qui va suivre, sache que je vis quasi en vase clos depuis des semaines et que ça ne va pas durer. Le bilan de santé de Juliette montrant qu’on doit avoir le minimum de contacts avec l’extérieur.

Chouette alors.

Pas le droit de faire les soldes autrement que sur internet.

Et tu sais quoi, ma carte bleue est bloquée !!!

Blo-quée !

Ma commande de chaussures trop belles est aussi bloquée, du coup.

Et pourtant je suis très loin d’être dans le rouge.

C’est agaçant.

Je ne peux donc pas faire les soldes en magasin et je ne peux pas les faire sur le net.

Quand je pense que pour une fois j’ai attendu les soldes, pour acheter plus sur le même budget. Pas acheter moins. Ou dépenser moins. Ça non. Y a des limites.

Je vois mon préposé bancaire dans 2h, il a plutôt intérêt à me filer une explication logique. Je suis juste un petit énervée  Surtout qu’il a fait une boulette sur le dossier de l’écoprêt et que non, il n’est pas envoyé non. Du tout. Faut resigner une partie. La boulette.

Et peut être faudra tout refaire, parce que comme on est en 2013, les normes ne sont plus les mêmes.

La bonne blague !!!

 

Pour ne pas finir neurasthénique, je me lance donc dans diverses activités manuelles. Je participe cette année à un projet lancé sur le blog d’Histoires de Pages. Un projet sur 52 semaines, avec un thème par semaine à scrapper, comme on veut, dans le format qu’on veut, pour le résultat qu’on veut.

Je suis bête et disciplinée, je suis l’ordre.

Le 1er thème est « autoportrait », voilà mon interprétation. Attention je suis débutante dans le scrap, j’ai suivi quelques cours sur le net avec Bernadine Segui ( comme beaucoup ) et c’est tout. Je n’ai jamais participé à une « crop » et ne fais partie d’aucun forum sur le sujet. Je fais ça tranquillou dans mon coin.

 

« Oh mon dieu, c’est elle la dame du 13 ? Elle a un truc avec le rouge ou bien…Nan parce que les lunettes, la robe, tout ça… »

Je confirme, c’est mon autoportrait. Une rare photo réussie. Profite, la prochaine ne sera pas pour demain.

 

J’ai des progrès à faire en scrap aussi, mais c’est comme la couture, c’est pas en ne pratiquant pas qu’on apprend !

 

 

La robe rouge

J’aurais aussi bien pu titrer  » En rouge et noir » ( j’exilerai ma peur, j’irai plus haut que ces montagnes de douleurs, en rougeeeeeeee et nouaaaaaarrrrrrrrrrrr ), ou encore la robe de la motivation. Mais j’ai fait simple.

Une robe rouge. Pour moi !

Une couture que je peux porter.

Et qui le sera.

Pour le mariage des Picards le mois prochain.

J’aime les robes, à la folie. J’aime quand c’est cintré, structuré. Le côté rétro.

Je louchais depuis un bon moment déjà sur la robe A du magazine Fait Main de juin 2012.

 

Oui, je l’avoue, j’achéte Fait Main. Quasi tous les mois. Oui malgré les choix de tissus souvent apocalyptique et des tricots ringards ( m’en fous, je tricote pas). Ca fait pas jeune jeune, faut bien avouer. Mais en ayant un brin d’imagination, on peut obtenir des fringues vraiment sympa.

Alors, suivant ma bonne résolution de l’année ( me faire confiance), j’ai décalqué le patron, sorti un tissu de ma pile et j’ai coupé. Et cousu.

Et je n’ai eu aucune difficulté ! Nada, zéro, rien !

Finger in the nose la robe rouge. Malgré les 12 pinces, les plis plats de la jupe, les fronces aux manches, le bustier doublé et la fermeture éclair dans le dos. C’est là que je vois à quel point j’ai progressé.

En vrai, je n’ai rien compris aux explications pour doubler le bustier, mais comme ce n’était pas la première fois que je doublais une robe, j’ai fais comme j’en avais l’habitude en suivant cet excellent tuto et ça a été impeccable.

Je te montre mes photos affreuses en pleine nuit sous un éclairage tout pourri :

                                                                

 

Robe A Fait Main juin 2012

Taille 44 ( comme ça, vous savez tout)

Tissu coton Buttinette (il me semble)

J’en suis assez fière et je la porterai avec plaisir. Surtout que vu le prix de revient final, je vais pouvoir m’offrir la paire de chaussures de mes rêves.

Chaussures Duo Avita , on est d’accord, elles sont faites pour aller avec la robe !

Sinon Olivier a proposé des Louboutin (avec la semelle rouge) pour être totalement raccord, mais c’est ballot, la seule paire que j’aime est en rupture. Zut alors, elles n’étaient pourtant qu’à 425 euros. Une paille !

Si le jour du mariage, j’ai des photos plus claires, je tenterai de te montrer ça. En attendant, je crains que tu ne doives te contenter de mon incompétence photographique.

Et sinon, ça te parait portable quand même ???

 

Même pas commencée et déjà reportée !

Alors que nous commencions à nous activer concrètement pour l’installation campiguesque de la cuisine des prochaines semaines, je reçois un coup de fil d’Ikea.

La cuisine initialement prévue d’arriver dans 2 semaines, ne sera pas là avant 3 voire 4 bonnes semaines.

Le dressing avec, évidemment.

C’est con, l’homme a démonté tout son bureau pour préparer la place.

En même temps, ça veut dire que je n’aurais plus cet espace de bazar sous l’oeil tous les soirs.

Terminé, finito, ad vitam eternam.

Je vais encore pouvoir profiter de ma merveille des années 80 quelques jours de plus ! Ah la hotte trop basse !!! Cette luminosité digne d’un four, les joints des petits carreaux de carrelage. Il faut bien le temps de leur dire au revoir correctement.

Et comme je ne serai pas la tête et les mains dans le plâtre et la peinture, je vais pouvoir coudre en rafale toutes les tenues des filles de la famille (enfin de la mienne hein, c’est à dire mes filles et moi) pour le mariage des Picards.

Je commence fort, ma robe est déjà coupée, j’ai été acheter tout à l’heure la doublure assortie et les fils adéquats. Demain, vu que pas de cuisine à démonter, ce sera montage de robe.

Et vendredi, et samedi, et dimanche aussi.

Et la petite montagne de devoirs à gérer aussi. Oh rien de bien délirant, on doit juste faire des cubes avec Ninon. D’abord 6 cubes individuels, puis les assembler selon un modèle donné et recréer ce modèle en une seule fois…Elle n’a pourtant pas pris option origami. Je m’en serai souvenu. Ca et la page entière de son agenda d’anglais sans oublier la rédaction de français.

Et ça, tu sais quoi, c’est que pour lundi !!!

Le 2e trimestre, c’est le meilleur.

J’avoue, j’ai pas encore regardé le cahier de textes de Maïa.

J’avais envie de garder un semblant d’espoir de vacances encore quelques heures.

Demain, ce sera fini.

 

Mes Picards préférés, puisque je vais coudre de la robette de mariage pour les filles, vous avez envie de quelque chose de spécial ??? C’est le moment ! Toutes pareilles ? même robe mais camaïeu de couleurs ? même couleur mais pas même robe ?.Autre chose ? Je peux faire pour Naëlle et Emma aussi. Vous avez mon mail !