Viennoiseries et chocolats

En 2013, j’avais dis que mon grand défi de pâtisserie serait de faire mes croissants et pains au chocolat moi même ( ici )

Après plusieurs essais tout pourris sorti de divers livres, je m’étais fait une raison. Je n’y arriverai jamais !

Et puis pour mon anniversaire j’ai eu Pâtisserie ! L’ultime référence et c’est juste le meilleur du meilleur des livres de pâtisserie que je possède et j’en possède un certain nombre…Le jour où j’aurais fais toutes les recettes du livre, je pourrais aller me présenter au CAP pâtisserie.

Ce n’est pas dans mes projets, mais on ne sait jamais.

Dans l’excellent ouvrage de Christophe Felder, tout est par-fai-te-ment expliqué, avec plein de photos « pas à pas » pour chaque recette.

Evidemment, on peut toujours plus ou moins se louper. Mais ça devient presque difficile avec ce livre.

Et dedans, tu l’as compris il y a recette des croissants et des pains au chocolat. Entre autre. J’ai aussi testé le vacherin glacé pour Noël, en passe de détrôner le gâteau au chocolat meringué ( aussi appelé concorde, recette ici et photo qui donne envie ) mais pas pris de photo. Je n’avais pas de cercle pour le faire et du coup, mon vacherin était certes très très très bon, mais pas beau du tout.

Valentine en veut un pour ses 8 ans, je ferai des jolies photos à ce moment là, vu que j’ai un cercle maintenant. Et aussi des vraies barres de chocolat pour pain au chocolat.

Revenons à nos viennoiseries. En vrai, finalement ce n’est pas bien difficile ! Et je le fais sans robot, puisque j’ai investi dans un top super robot, mais qui n’est pas un robot pâtissier. Donc tout à la main et ce n’est pas beaucoup plus long.

Je ne te recopierai pas la recette ici, mais crois moi si tu tapes « croissant Christophe Felder » dans ton moteur de recherche tu vas très vite la trouver. Pour le beurre j’utilise un beurre AOC des Charentes, la levure fraîche se trouve au rayon boulangerie de mon carrouf local et la farine type 55 est  la farine premier prix de tous les magasins. Mais vraiment la premier prix.

Ce qui prend du temps, c’est l’attente entre chaque tour, mais ça attend au frigo donc c’est pas un soucis.

Et au final, voilà ce que ça donne :

On en boufferait ! Je sais !!!

C’est bien ce qu’on fait !

Tu le vois bien là le feuilletage réussi ???

Au niveau ultra positif de l’affaire, c’est qu’un seul croissant ou pain au chocolat suffit à être rassasié. Et j’en fais de taille tout à fait classique. Pas des minis, pas des mastodontes. On sent le goût du beurre, on entend le croustillant du feuilletage et oui, évidemment il y a plein de miettes partout ! J’en fais maintenant souvent le samedi, pour les cuire le dimanche et les manger jusqu’au mercredi. Généralement le mardi, il ne reste qu’un seul croissant ou un seul pain au chocolat, personne ne veut être celui qui a retiré le pain de la bouche de l’autre donc il reste TOUJOURS un truc tout seul. Je fini par designer d’office le préposé au finissage du truc tout seul. (Hors de question que ce soit moi qui finisse ! )

Et sache que non, le mercredi le croissant n’est toujours pas rassis. Et c’est pourtant pas grâce à mes grandes précautions de stockage.

Si jamais toi aussi tu as envie de te lancer dans les croissants et pain au chocolat maison, sache que c’est possible. Réellement possible. Et que c’est bon ! Vraiment, vraiment bon.

 

Comme j’avais déjà réussi les croissants, les pains au chocolat et le vacherin, et que j’avais un vase entier de noisettes du jardin d’une copine et qu’en plus dans le livre Pâtisserie il y a la recette des rochers pralinés, je me suis lancé dans l’aventure.

Faut dire que j’ai du temps l’après midi, puisque toujours les couvreurs à la maison( jusqu’à lundi midi !! Et mon week end couture ???)

Et quand je te parle d’aventure, on est pas si loin de la vérité.

J’ai des noisettes, du chocolat et du pralin. Jusqu’ici tout va bien. Mais les noisettes ça ne s’ouvre pas comme ça. Et de casse noix je n’ai pas. Ni de casse noisettes. J’ai bien une casse bonbon ou deux, mais elles ne cassent pas les noisettes…

J’ai donc tenté le presse ail, ça casse bien la noisette, mais ça la broie aussi. Donc non, puisqu’il faut les noisettes entières dans la recette.

J’ai envisagé la pince multiprise de mon mari, suis allé la chercher dans l’atelier et je ne l’ai pas trouvée. De là, m’est venu cette grande réplique de Coco Lapin dans Winnie l’Ourson ( film 2011)

« Un sécateur, j’ai besoin d’un sécateur! »

Coco lapin a donc sauvé ma recette des rochers praliné !

Et me voilà parti à décortiquer de la noisette en veux tu en voilà au sécateur, des dizaines de noisettes, des centaines de noisettes…Il faut compter une heure de décortiquage pour 100g de noisettes…Il en fallait un peu plus de 300g puisque torréfiées au four et épluchées ensuite.

Oui c’est bien ça, j’ai passé une après midi complète à décortiquer des noisettes…Faut vraiment n’avoir rien d’autre à faire. Et ça en fout partout en bonus.

Le lendemain, j’ai torréfié les noisettes et épluchées, ça ne prend pas un temps fou non plus ça. Puis fait le caramel, loupé le premier faute de surveillance, réussi le deuxième. Mis les noisettes dedans, attendu que ça refroidisse et coller le tout dans le super robot qui m’a fait une pâte de praliné !

Qu’il faut ensuite mélanger au chocolat fondu mais pas chaud, mettre dans des moules, faire prendre au frais pour que plus tard ce soit assez ferme pour faire l’enrobage.

J’ai commencé lundi, fait l’enrobage ce midi…On est que jeudi.

Ça se mérite les rochers praliné. Au 13 en tout cas.

La pâte de praliné moulée et refroidie, avant enrobage

Juliette m’en a piqué plusieurs le temps d’un coup de fil de quelques minutes, j’en ai déduis que c’était bon.

Après enrobage, ça ressemble quand même à des rochers non ?

Je ne peux être tenue responsable d’une tentative de bouffage d’écran.

Je te montre juste à quoi ça ressemble dedans !

Alors, est ce que c’est bon ? Oui, ça l’est ! Comme un rocher suchard où on aurait mis une noisette dedans ( la prochaine fois je m’abstiendrai je crois) …mais un rocher suchard Noir, et moi j’aime les rochers lait. Pour l’enrobage j’ai fais moitié chocolat noir moitié chocolait lait, mais si je retente une prochaine fois je ferai un enrobage chocolat au lait uniquement.

C’est assez long à faire, surtout la première fois et surtout si on décortique les noisettes soi-même. Et il faut un bon robot mixer pour faire la pâte praliné. J’ai utilisé un moule silicone à chocolat ( 3 euros à carrouf ). Je ne suis pas encore certaine que je recommencerai. Mais suis un peu barrée, y a de fortes chances que oui, pour savoir si oui ou non, sans la noisette et au chocolat au lait, ce serait pas encore meilleur !

Je reviens (normalement) demain avec de la couture, du simili cuir et des hiboux…

Arrête de lécher l’écran !