Le Secret de la manufacture des chaussettes inusables

J’ai un peu bousculé le décor du 13 ce week end. Il était grand temps. J’espère que tu ne seras pas déçu, et même j’espère que tu aimeras.

Je suis ouverte à toutes critiques (constructives si possible) et je m’apprête d’ailleurs à en pondre une. De critique.

Sur ce livre :

le-secret-de-la-manufacture-de-chaussettes-inusables-628187-250-400

Qui me connait un peu, par le blog ou ailleurs, sait à quel point je suis tombée amoureuse du cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates.

Je le relis de temps en temps et je pleure et ris toujours à la lecture.

Je le conseille à tout le monde, je l’ai beaucoup offert et ce n’est pas qu’un hasard si Juliette s’appelle comme l’héroïne du livre…

Alors quand une de mes amies m’a alerté sur Facebook de la sortie d’un nouveau livre de l’une des deux auteurs « des patates » je me suis un peu précipitée à l’acheter en magasin.

Après les patates, les chaussettes !  Ca me va !

Ayant enchaîné plusieurs livres qualifiés par moi même de « mouais bof » ces derniers temps j’espérais une pépite.

Peut être trop.

J’espérais du bonheur.

Sûrement trop.

J’espérais retomber amoureuse.

Cœur d’artichaut que je suis.

Et rien.

Il ne s’est rien passé.

Il y a plus ou moins 300 pages de trop. Sur un livre qui en compte 600, 300 pages ça commence à faire.

L’ennui m’a submergé plusieurs fois et je n’ai tenu que par l’attachement que j’ai pour le cercle littéraire, priante presque pour une étincelle, un sursaut, quelque chose qui me donne envie de tourner la page.

Mais rien, pas de magie.

L’histoire est pesante, convenue et la fin inexistante.

Plusieurs personnages m’ont agacés, ceux qui auraient dû être attachants ne sont jamais traités en profondeur.

Bref c’est loupé.

Ma déception a certainement été plus importante  du fait des attentes que j’avais.

Impossible pour moi de le recommander.

Non vraiment. Surtout si on a aimé le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates.

Autant passer son chemin et lire autre chose.

Les seuls livres que je peux te recommander actuellement ce sont les Jussi Adler Olsen : miséricorde, profanation, délivrance et dossier 64. Je n’ai pas encore lu l’effet papillon. Ce sont des polars danois, un mélange de cold case et docteur house. Je suis conquise.

Je te déconseille toujours la lecture du Trône de fer en français. La traduction est mystérieuse…Souvent je lis des phrases à voix haute à Olivier afin de vérifier mon niveau d’intelligence. Est ce que oui ou non je suis trop con pour comprendre ? Si oui, alors on est deux ! Mais c’est rassurant de savoir qu’on est au même niveau que son conjoint. Qui se ressemble s’assemble quoi !

Geek version 3.1…

Il y a quelques jours c’était le 2 décembre.

Et tous les 2 décembre je prends un an de plus.

J’en suis si les comptes sont bons à 31 ans.

Quand même !

Oui je sais, c’est pas tant que ça.

Oui mais quand même !!!

Et pour mes 31 ans j’ai eu des cadeaux.

Une très jolie toile imprimée texturée que j’avais reperé en vitrine il y a 1 mois et qui est dans les tons de notre chambre. Il faudra lui trouver des collègues dans le même genre. Un jour. Après Noël !

Et puis j’ai aussi eu un kindle. Un quoi ??? Un Kindle ! La liseuse electronique d’amazon. Un e-book.

KT-td__V167342766_.jpg

Ouh que c’est une chouette bestiole que cette chose. Liseuse. Oui bon comme toujours les traductions françaises des trucs high-tech rendent la chose ringarde au possible.

« oh regarde ma liseuse comme elle est de haute technologie ! »

Non ça craint, très honnêtement.

« Eh mate mon kindle, ça claque hein ?! La lecture high tech mon ami ! »

Pour un peu ça donnerait envie.

 

Oui mais tu vas me dire que toi sans le contact du livre, bah tu peux pas, que c’est impersonnel, qu’il y a pas l’odeur, le bruit des pages, l’étiquette de prix à décoller derrière en faisant durer le plaisir le plus possible.

Oui oui oui je suis d’accord. Je ne dis pas que ça va remplacer le livre papier partout pour tout, mais pour une bonne moitié des livres que je lis ça remplacera très aisement. Parce que ce sont des bouquins que je ne lirais qu’une fois, distrayants mais qui ne laissent pas un souvenir imperissable et qui une fois fini prennent une place folle. A tel point que nous allons être contraint d’aménager le grenier pour transformer la petite chambre de chouchou en bibliothèque. Mais c’est une autre histoire !

Niveau plaisir de lecture c’est pareil qu’un livre papier, y a pas de rétro éclairage donc ça n’abime pas les yeux, et tu ne peux pas lire dans le noir non plus. Bah non, c’est pas une tablette numérique ! Ma version du kindle, soit la version de base n’est pas tactile non plus, y a des boutons sur les côtés pour tourner les pages. Et tant mieux !

Pourquoi ? Mais parceque quand je lis dans le lit, j’essaye de garder le maximum de ma personne sous la couette au chaud et que la seule main qui tient le livre est toujours glacée et que souvent je dois m’armer de la deuxième pour tourner la page. Là pas besoin ! Vu le poids de la bestiole, tu la tiens dans une main sans fatiguer et tu peux faire défiler les pages sans rien lâcher.

Et quand tu es comme moi équipée d’un bébé qui aime faire la sieste sur ton épaule, tu peux aussi lire, sans avoir mal partout. Oui tu peux. Et aussi chez le coiffeur, dans une salle d’attente, la voiture, le train…Partout on l’a compris. Et ça sans risquer la luxation de l’épaule dû au poids du livre qui se rajoute au reste dans le sac à main. C’est pas beau ça hein ???

Ouais, mais les livres, tu les trouves où ? Tu penses bien que si c’est marqué  » Kindle d’amazon » c’est pas pour acheter sur  la fnac.com. Bah oui, forcément… Tu télécharges sur amazon et de l’appareil avec une connexion wifi. Ca prend moins de temps de télécharger un livre qu’un titre sur itunes. Nettement moins de temps. Et c’est tout aussi simple.

Il y a des centaines de livres gratuits. Tous ceux tombés dans le domaine public. Oui ce sont des classiques oui, mais lances toi dans la lecture d’un Jules Verne et tu les enchaineras tous en te félicitant d’avoir le kindle pour n’avoir aucun temps d’attente entre deux. Et quand tu es pris dans l’histoire, tu oublies le support, papier, pas papier, e book ou non, tu t’en fous, tu veux juste tourner la page pour savoir la suite.

Autre avantage au kindle pour moi, qui aime beaucoup les polars, thrillers et autres trucs à suspens, on ne peut pas aller sur n’importe quelle page comme ça. Enfin si, mais faut tourner toutes les pages !!! Enfin je pense qu’il existe une façon d’aller plus vite et où on veut dans le bouquin quand on veut, mais je vais pas chercher, parce que sinon j’irai lire la fin en étant encore au milieu du livre. Hummm je sais c’est mal. Mais je peux pas m’en empêcher. Faut toujours que je lise la fin avant d’y être.

Pour Harry Potter et les reliques de la mort, j’ai même lu la fin avant d’avoir commencé le livre. Ouais ouais ouais …

Et tu peux aussi lire ce que tu veux sans que personne ne le sache ! Un livre de fille, un twilight, un marquis de sade olé olé, un thriller bien sanglant, un livre-témoignage un peu voyeur, enfin tu sais bien tous ces bouquins qui te classent dans les lieux publics en deux secondes dans la catégorie « connasse romantique/ado attardée doublée de connasse romantique/nympho/pervers/obsédé…etc etc ». Oh hé  vient pas me dire que tu juges pas le lecteur à la couverture de son livre !!!

Hein que c’est sympa ça.  » Vous lisez quoi mademoiselle ? » « le dernier Goncourt, excellent! » Alors que tu dévores le dernier accro du shopping. Après tu peux mentir dans l’autre sens aussi, ça dépend de qui te demande.

T’as vu tous les avantages ? Et j’en suis qu’au tout début de la prise en main !

Si besoin/demande/rien à dire, je ferai un bilan dans quelques mois de l’utilisation réelle après que le côté tout-beau-tout-neuf soit passé.

Edt : il m’aura fallu 4 jours pour écrire cet article. Oui j’ai commencé le 3 décembre et si 3/4/5/6 ça fait 4 jours ! Oh hé ça va hein ! Il aurait dû aborder aussi ma nouvelle façon de faire les courses. Très très geek. Mais entre le pavé que ça aurait fait et le temps, ça fera l’objet d’un autre.

On est d’accord.

 

Le temps des miracles – Anne-Laure Bondoux

Au 13, tu le sais, c’est rempli d’enfants. D’enfants qui aiment la lecture. Enfin pour celles qui savent lire.

Je me dois donc de fournir à ces futures dévoreuses-lectrices de qui alimenter leur appétit. Ok, je prends pas mal d’avance. Mais on est vite rattrapé hein, faut pas croire. Et puis d’ado à adulte, il n’y a que quelques années …

Voici donc une nouvelle lecture jeunesse, qui peu fort bien être lu par des adultes, resté jeune. Je n’ai pas encore 30 ans je te le rappelle, je suis donc très très très jeune. De cette jeunesse fougueuse qui fait fi des modes et des préjugés. Je raconte n’importe quoi je sais bien mais je supporte très mal d’avoir bientôt 30 ans. Très très très mal.

C’est hors sujet.

989977-gf.jpg

Dans le temps des miracles d’Anne-Laure Bondoux, on suit l’histoire de Blaise Fortune/Koumaïl. Petit caucasien de 8 ans à l’histoire compliqué et de sa « tutrice » Gloria Bohème. De ce pays en guerre, en reconstruction, dangereux et invivable. De cette volonté farouche de cette femme d’offrir autre chose à ce petit garçon que ce destin tout tracé de chair à canon.

La traversée de l’Europe, les mauvaises rencontres, les bonnes, l’espoir, toujours l’espoir qu’au bout du chemin une vie meilleure les attend. Et un seul but : atteindre la France.

Un roman jeunesse contemporain, bien écrit, pas cucul pour deux sous, émouvant et qui améne une vraie reflexion sur le pourquoi l’exode de certains peuples.

J’ai envie de te dire que par les temps qui courent, ce serait pas mal de le mettre dans les listes de lecture du collège. Histoire de limiter au maximum les futures générations de Brice Hortefeux et consors.

Non mais je l’ai pas dis hein…

A partir de 12 ans.

Comme moi quoi, j’ai à peine 12 ans et demi, bon 12 3/4 mais grand max, on est d’accord.

Le choeur des femmes

Ce sera un petit billet, parce que mieux vaut un petit billet tous les jours qu’un gros pavé tous les 10 jours.

 

Un petit billet sur un très bon livre:  Le choeur des femmes de Martin Winckler

 

Photo 2249.jpg

 

Le parcours sur quelques semaines d’un jeune interne obligé de suivre un stage en gynécologie. Dans un service un peu à part ne recevant des femmes que pour des frottis, des prescriptions de pilules, des poses de stérilets et des ivg. Le tout sous la tutelle d’un médecin très attaché à l’écoute des patientes et au respect de leur corps durant les auscultations.

C’est un livre qui se lit vite parce que très bien écrit comme toujours par Martin Winckler. Il y a un côté série tv façon Urgences. Le suivi d’un service et l’approfondissement de certains personnages plus ou moins attachants et « identifiants ».

Pour la première fois j’ai eu envie d’acheter ce livre pour le déposer sur le bureau de mon généraliste.

C’est plus qu’un roman, un reflexion profonde sur la prise en charge des femmes aujourd’hui dans une spécialité médicales qui ne les concerne qu’elles. C’est autant un outil de reflexion pour les patientes que nous sommes toutes que pour les médecins que nous rencontrons.

Remettre le soignant à sa place de soignant et non pas de dieu tout puissant.

Sur ce, j’ai une maison à ranger et nettoyer. Je recule autant que possible tellement y a de boulot, mais ça ne se fera pas tout seul, je le crains.

 

Lis ce bouquin si tu te sens comme une petite fille en face de ton médecin !

La minute culturelle de la dame du 13

Au programme, pour toi, mon ami lecteur anonyme, de la lecture, du home-cinema et une critique de concert.

Ta pilàlire est dévastée ? tu en as ras le bol du livre de gonzesse ? Tu veux du beau, du bien écrit, du qui touche sans (trop) te bouleverser dans les grandes largeurs ?

J’ai ce qu’il te faut :

Ce que je sais de Vera Candida de Véronique Ovaldé

Oh le beau livre ! Un roman dédié aux femmes mais que la gent masculine peut lire. Ca ne parle pas shopping, prince charmant et copines délurées. C’est même tout le contraire. La destinée de 4 femmes, de l’arrière grand mère à l’arrière petite fille. Des femmes fortes, indépendantes, dures même pour certaines. Des vraies femmes, avec la vraie vie. Dans un pays imaginaire d’Amérique du Sud, on ne sait trop à quelle époque.

Pas de pathos, pas d’abus de superlatif. La vie crue, aussi cruelle qu’elle peut être belle.

Pas un pavé, facile à lire, intelligent. Ce n’est pas pour rien que ce roman a reçu plusieurs prix. Pas encore sorti en poche il me semble.

Je le recommande vivement.

 

– La délicatesse de David Foenkinos

Si je te dis que j’ai encore plus aimé que Ce que je sais de Vera Candida, tu l’achètes tout de suite ?

Selon les critiques que j’ai lu après avoir fini le livre il semble que les avis soient très partagés. Soit on adhère, soit on est déçu. Ne connaissant pas l’auteur, je ne pouvais pas être déçue.

Ca parle d’amour, de séduction laborieuse, de fragilité, de ce que ce sont les défauts qui séduisent et font une personne. Ca parle de la délicatesse.

C’est chapitré de façon amusante et innovante. Et il m’a fallu arriver à une phrase qui va me marquer longtemps pour regarder le nom de l’auteur. Et étonnement suprême, c’est un homme qui a écrit ce livre. Et jeune en plus. Pour un peu je lui enverrai bien un mail pour savoir si cette foutue phrase est vraie ou non !

Ca se lit vite. Une journée, deux soirées de lecture.

Et il va faire partie de ma liste de livres fétiches pour la décennie à venir.

Au même rang que Le Liseur, Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates, ensemble c’est tout et d’autres.

Après c’est comme pour tout, il y a des livres qui trouvent une résonnance en chacun ou pas du tout.

Adoré n’est pas le terme adéquat. Emue, touchée, voire bouleversée, voilà ce qu’a fait ce roman sur moi.

 

 

Que regarder après le diner ?

Enfants couchés, chien nourri, sorti, et rien à la télé ? Sauf que t’as pas envie de lire, de surfer sur le net ou de câliner mr ou madame.

T’as juste envie de faire un sitting-chocolat-couverture-polaire sur le canapé ?! Me rétorque pas que c’est l’été, on se pèle les miches chez moi !

J’ai deux trois films à te proposer.

– The Reader, avec Kate Winslet et Ralph Fiennes entre autres. J’avais adoré le livre, Le liseur, lu plusieurs fois, j’avais peur d’être très déçue du film, comme souvent. Et ce fût tout le contraire. J’ai pleuré, parce que je suis une fontaine lacrymale comme chacun sait ici. Très bien adapté, l’atmosphère est là, la trame aussi, les moments importants. Les acteurs justes, pas de surjeu. Kate Winslet exceptionnelle. Avec la grande question du film, peut-on aimer une personne malgré ses actes ?

– Slumdog Millionaire. Inspiré du livre, à lire absolument, les Fabuleuses aventures d’un Indien malchanceux devenu millionaire. Si tu as déjà lu le livre, oublie le avant de voir le film. Si tu n’as pas lu le livre tu trouveras ce film sûrement très bien. Olivier a beaucoup aimé. Moi moins, parce que je voulais y voir le livre et que s’il y a l’idée de départ, trop peu de choses y sont retranscrites.

Ce film de Danny Boyle avait fait grand bruits à sa sortie en 2008 et remporté deux tonnes de prix dont 8 oscars. C’est un beau film. Comme c’était un beau livre. Mais qui ne sont que cousin et ça m’a froissée.

Néanmoins c’est à voir.

– Mamma Mia !

On a mis le film dans le lecteur dvd sans grand enthousiasme à la base. Mais ABBA et Meryl Streep méritaient le coup d’oeil. Et on s’est marré ! Olivier autant que moi. C’est bien foutu, drôle, sous-titré pour les chansons qui arrivent toujours au bon moment. Y a du second degré excellent, des acteurs qui jouent le jeu sans se prendre au sérieux. Une trame interessante.

Une excellente soirée, légére et pétillante.

– Numéro 9

C’est un film d’animation, conte philosophique. Dans l’esprit de Tim Burton. En pire. Absolument pas adapté aux enfants. Mais du tout du tout du tout. A moins de vouloir les terroriser. L’étrange Noël de Mr Jack fait figure de Cendrillon à côté de Numéro 9.

Peu de dialogue, une maitrise de l’animation génialissime, de la profondeur, de la subtilité.

Si tu aimes le genre, fonce, et si tu as aimé le film, ne zappe pas le making-of vraiment bien fait en bonus. Pour une fois qu’un bonus est vraiment bien foutu.

 

On a eu les bouquins, les dvds. Je t’ai occupé 6 soirées de ta semaine. Il en reste encore une. Parlons concert !

Parce que je te suis très dévouée, j’ai pour toi hier bravé la pluie et le vent de Sibérie pour aller assister au concert de Christophe Willem au festival DARC de Châteauroux. 

J’avoue, je ne suis pas fana de Willem, dont je ne connais que 5 chansons, 6 tout au plus. Mais j’ai adoré entre nous et le sol sur son dernier album, donc allons y. En prime, je vis avec quelqu’un qui a quelques privilèges VIP dont je profite allégrement. Lui  bosse, moi je vois du pipole de près. De très près. J’ai pas fais la photo avec mr Willem parce que je sens que lui et moi on rend pas bien en photo. Mais il était à quoi, 2 mètres ? Ninon et Maïa ont pu avoir leur photo dans les bras de la star, elles. Merci papa d’avoir accès à tout !

Après avoir fait les gens importants, on a été se trouver des places pour attendre le début du concert. Dans le froid, même si dieu merci c’est couvert le festival. Début à 22h30 au lieu de 22h. Hummm ….

Beaucoup de chansons de son nouvel album, quelques anciennes, un Sunny au piano dans un moment qualifié de « plus intime ». Ah non, mais il chante à la perfection Mr Willem, jamais une fausse note, impeccable. Il a même traversé la salle en long en large et en travers. Nous nous sommes donc retrouvé à côté de lui en tenue de scène cette fois ci, tentant de chanter ce qui nous était imparti. Sans grand enthousiasme, je dois bien l’avouer.

Parce qu’en fait, on s’est fait chier. J’ai honte de le dire. Mais ses chansons, bien que parfaitement interprétées sont à se foutre une balle dans le crâne de desespoir. On a hésité à aller braquer une pharmarcie pour avoir du Prozac pour passer la nuit. Et on est parti avant la fin, comme pas mal d’autres. La déprime en chanson pendant 1h30 ça paye plus bien. Et puis euh, je suis pas spécialiste de Willem comme dit plus haut mais on a aussi eu l’impression d’écouter la même chanson pendant 20 minutes, alors que non hein c’était pas la même, c’était plusieurs différentes. Mais tout se ressemble.

Si t’es fan de Willem continue d’aller le voir, c’est pas mon avis qui changera quoi que ce soit. Si t’es pas un fan à la base, et que comme moi tu aimes seulement les plus connues, reste chez toi. Tu seras pas emballée par le spectacle.

 

Et donc tu as compris que ta 7e soirée de la semaine, tu devras te débrouiller tout seul pour te l’occuper ! Je peux pas tout te mâcher non plus oh !

 

Twilight 3 : Hésitation, Shrek 4 et la Resistance

Si je couds, t’auras des photos plus tard. Aujourd’hui, on discute culture populaire.

Dans l’ordre

Twilight 3 : Hésitation

C’est pas bien, c’est génial !!! J’ai plus qu’a-do-ré. Retrouver l’ambiance du livre, les tiraillements de Bella, Edward et Jacob. Hummmmmm, le choix cornélien. Edward ou Jacob ??? Les deux si possible … Non, c’est pas possible ?! Pfffffff

Il manque évidemment certaines choses, notamment toute la vie à l’intérieur de la meute et c’est dommage, mais sinon le film durerait 3h ou plus. Note bien que ça ne m’aurait pas dérangée du tout !

Bref je le recommande, ce qui est rarement le cas des films tirés de livres que j’adore.

Les Harry Potter, en film c’est souvent une cata …

Pour info, j’ai emmené Ninon voir Twilight 3, elle a beaucoup aimé aussi. N’a pas compris les sous entendus sexuels qu’il peut y avoir, n’a vu que les histoires d’amour et la guerre de clans.

C’est tout à fait chaste, les enfants peuvent y aller. Avec Edward, le crédo c’est pas de pelotage avant le mariage donc pour celui là, no soucy.

Les 2 derniers, j’imposerai un visionnage en solo avant acceptation ou refus de visionage par fille ainée.

 

 

Shrek 4

Vu en famille lundi après-midi et en 3D s’il vous plait. Oui, maintenant qu’on a la 3D à Châteauroux, on en profite. Bon le choix de films en 3D est limité à Shrek, Shrek ou Shrek par contre. Ca renouvelle pas trop trop au niveau de l’affiche. On peut pas tout avoir.

Alors, Valentine n’a pas aimé, Maïa et Ninon si. Olivier et moi mouais bof. Ca manque de rythme, d’humour. Shrek n’est pas aussi acerbe que d’habitude. Un côté trop chamallow.

Attention, le film n’est pas mauvais, loin de là, mais pas au même niveau que les autres Shrek où clairement tu te marres du début à la fin.

Il était une fin, et effectivement, on aura du mal à en redemander. Le niveau a clairement baissé.

Peut être trop misé sur l’effet 3D par contre plus que très réussi. Parfaitement exploité sur ce film. Mais au détriment du scénario.

Effet Avatar ??? Va falloir se ressaissir, la 3D ne sera plus un phénoméne magique d’ici 1 an et il va falloir réinvestir les principes de base.

 

A voir tout de même parce que c’est Shrek, parce que c’est le dernier, et parce qu’il est tout de même sympa comme tout.

 

 

La Résistance de Gemma Malley

Je t’ai parlé il y a quelques semaines de La Déclaration de Gemma Malley, La Résistance est la suite de ce premier roman.

Cette fois ci c’est Peter qu’on suit, plus Anna, même si on la retrouve tout au long des pages. Peter est un adolescent de 16 ans qui cherche sa place dans un monde de vieillards à l’allure de cinquantenaires.

C’est la continuité de la reflexion sur la vie sans fin, le non renouvellement des générations, des idées, des pensées. La phobie du changement, l’endoctrinement, etc etc.

Le livre est bien mais sans plus, pas aussi bon que La Déclaration. J’ai été un peu déçue, manque là aussi de rythme, des longueurs pour arriver où ? Et puis à la 284e page, ça s’envole, ça bascule et on retrouve l’ambiance du 1er. La fin se dessine plus clairement, on est plus pris dans l’histoire.

Si on a accroché au premier, c’est toujours agréable de retrouver les personnages, mais ça ne suffit pas et je reste mitigée sur ce 2e roman.

Pourquoi pas ? Pour continuer à se forger un avis !

Nettement plus orienté pour les adolescents à partir de 13/14 ans.

 

 

A part ça, la salle de bain parait qu’elle avance. Vu qu’Olivier y passe ses journées. Juste c’est pas flagrant à l’oeil nu… La baignoire est entourée de partout mais sans carrelage. Ca va venir si j’ai bien compris. Je donne plus de délais, ça vaut pas la peine. J’ai quand même acheté des rideaux et un abattant de wc  histoire d’avoir l’impression qu’avec ça, on se rendra moins compte que c’est foiré …

Tu sens que j’y crois pas ?!

Avons aussi acheté de quoi faire l’entrée/cage d’escalier. Peut être la semaine prochaine. Je te raconte pas la peinture que j’ai à faire, ça me rebute d’avance …

Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates

En voilà un titre à qui je ne trouvais rien d’engageant. Vu de ma fenêtre ça sentait le Bernard Pivot ou le FOG à plein nez et un côté philosophico-chiant peu attirant.

Et pourtant, et pourtant !!!

Y a dû en avoir du libraire et de la critique pour le vendre ce livre. Que dis-je ? Cette petite merveille.

De quoi ça parle ??? Parce que le titre forcément, ça dit pas grand chose.

C’est difficile à résumer en fait.

Très.

Ca parle de l’ile de Guernesey sous l’occupation allemande durant la seconde guerre mondiale. Ca parle d’un groupe de personnages tous plus attachants les uns que les autres qui ont crée au pied levé le cercle littéraire des amateurs de tourtes aux épluchures de patates de Guernesey. C’est l’histoire d’une auteur de 32 ans à Londres qui découvre ce cercle, mais pas n’importe comment. Par des échanges de lettres entre Londres et Guernesey.

Il n’y a pas de narrateur, il y en 10, il y en 100. Il n’y a pas de chapitre. Il y a des lettres.

Période de bac oblige, on appelle ça un roman epistolaire. Si tu sais pas ce que c’est tu googloriseras l’expression.

Il n’y a pas une  histoire, il y a des destins qui se croisent, des vies qui naissent, qui meurent, qui s’aiment, qui se perdent.

Il y a une bonne humeur incroyable. Une belle energie, qu’ils diraient à la télé-réalité.

Il y a tous les sentiments de la vie et un attachement incroyable à tous les personnages qu’on a envie de connaitre plus, de garder, de rencontrer en vrai.

 

Théoriquement je n’ai pas fini le livre, il me reste 50 pages environ. Techniquement c’est pas tout à fait vrai, j’ai lu ces pages il y a déjà quelques jours, en diagonale, pour savoir si … Et rien ne m’a déçu, j’ai même était surprise ! Si, à 50 pages de la fin, il y a encore de quoi surprendre. J’adoreeeeeeeeee

 

Tu le sens le gros coup de coeur là ? J’espère bien ! C’est un livre qui va rester sur ma table de chevet et que je relirais quand le soleil sera parti, que le coup de cafard sera proche.

 

Et puis tu sais quoi, ça ne parle pas que de Guernesey ou de Londres. Ca évoque la normandie aussi (entre autres), ma normandie. L’Eure quoi ! Ce département inconnu, comme tant d’autres. Ca parle de Louviers où j’ai été au lycée et où nous avons acheté notre première maison. Pas Louviers même, dans la campagne autour, mais voilà. Et au détour d’un livre qu’on aime tant, trouver un morceau de soi-même presque, ça ne fait que renforcer l’attachement.

Ce dernier paragraphe est incompréhensible ? Certes, certes ! Tant pis hein … Tu trieras les mots pour les remettre dans l’ordre que tu veux.

 

LIS LE !!!

 

A part ça, on profite de la piscine, toute la journée, alors je fous rien …

Photo 1662.jpg

 

 

Photo 1755.jpg
Photo 1751.jpg

Photo 1708.jpg

 

La Déclaration

 

La minute littéraire s’arrête cette semaine sur La Déclaration de Gemma Malley.

9782350211220.jpg
Je n’ai pas acheté ce roman d’anticipation, il m’a été prêtée après lecture d’une amie qui avait été touchée, dérangée par l’histoire.
L’histoire se déroule en 2140 en Angleterre. Les labos pharmaceutiques ont découvert la pillule de Longévité, de l’immortalité quoi. Quelques p’tites pillules tous les jours et roule ma poule la mort s’éloigne. Oui mais du coup, si personne ne meurt et que les gens continuent de faire des enfants, la terre devient rapidement surpeuplée et il faut remedier à cela.
Ainsi les hommes et les femmes ont ils le choix, vivre éternellement ou avoir un enfant. Pas les deux.
Et puis il y a ceux qui ne veulent pas choisir et ne peuvent pas envisager de ne pas avoir d’enfant. Ces enfants deviennent à leur naissance des Illégaux, des Surplus. Traqués, parqués, les enfant illégaux découverts se retrouvent dans des Centres de Surplus, élevés dans les coups et le lavage de cerveaux. Ils sont formés à devenir employés de maison, esclave à vie.
Dans ce roman, nous suivons la vie d’Anna, Surplus de 15 ans, éduquée à Grange Hall, prison grise pour enfants. Persuadée qu’elle est de trop sur terre, qu’elle n’est là que pour racheter des fautes ancestrales, elle ne souhaite que devenir Utile et n’envisage aucun autre avenir possible.
J’ai découvert après lecture que ce livre est dans la catégorie adolescent. C’est une lecture tout à fait possible à partir de 13/14 ans qui pose des questions sur la recherche de la jeunesse éternelle, la peur de la mort, les dérives d’une société qui considére la mort comme un échec.
Je conseille, je reconseille et j’encourage.
Se lit très rapidement, une journée de we.
Il existe une suite, La Résistance, que j’acheterai en juillet. D’ici là j’ai beaucoup de livres qui m’attendent.
C’est qui qui va commencer le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates ?

Et après

Et bah voilà, je l’ai fini, enfin, le livre de Guillaume Musso : Et après .

Un petit avis ?

C’est bien, mais je n’ai pas accroché. Du coup j’ai mis du temps à le lire parce que je me suis surtout beaucoup endormi dessus. Ca parle de l’imminence de la mort, de celle qui peut arriver demain et qui là prévient dis donc ! Ca parle de l’essentiel dont une vie doit être composée. De l’amour, de la famille, de l’échange intergénérationnel.

Je comprends que ça interpelle et pour certains amènent une prise de conscience. Mais pas pour moi.

Je le place au même niveau que Marc Levy, ça se lit, c’est pas transcendant. Pour certains ça fait réfléchir, pour d’autres ça occupent quelques soirées où de toutes façons y avait rien à la télé et vu la conversation du conjoint autant lire !!!

 

J’ai entamé la Déclaration qu’une amie m’a prêté et après seulement j’enchainerai sur Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates, puis ce que je sais de Vera Candida, La délicatesse, Un amour vintage et après j’ai encore des bouquins qui trainaillent depuis un moment sur ma pilàlire. Mais tellement que du coup c’est comme le menu fait pour la semaine, à force de le voir affichait sur le frigo depuis le lundi, t’es tranquille à partir du mercredi j’ai eu l’impression d’avoir déjà mangé tous les repas 12 fois de la semaine et le programme change illico presto.

 

A part ça, y a des choses qui avancent très vite :la salle de bain du 1er, quasie finie ! Qui l’eut cru ???

D’autres qui reculent : la tunique débardeur en tricot rose et blanche de Valentine par exemple. Elle était presque finie il y a peu, oui, tout à fait. Et puis fille numéro 2, Maïa, a eu la délicatesse de se saisir du dit tricot en cours sur les aiguilles et de faire sauter 25 mailles. Rien que ça … J’ai fais tout ce que je pouvais avec mes maigres connaissances en tricot pour récupérer le desastre, mais rien n’y a fait, il a bien fallu que je m’y résouds tout à l’heure, tout était à défaire et recommencer. Grrr de grrr de grrr.

Je me sens dans une mauvaise passe niveau réalisation de tout poils, je foire tout ce que je touche … Si ça continue, je fous l’intégralité de mon atelier en vente et zou je transforme la pièce en pièce de lecture ou dressing !!! Là au moins on ne prend pas le risque de se louper dans les grandes largeurs.

 

Demain, youpi, j’ai organisé  une grande journée  » surprise, surprise « pour la famille de moi ! Les filles trépignent, savent qu’elles ne vont pas à l’école pour 2 d’entres elles, un doute plane sur la 3e ( Ninon !). Qui part ? Où ? Pourquoi faire ? Qui méritent ??? Réponse demain !!!

du nouveau dans la bibli’

Ouh que la journée fût riche en achat livresque ! Des réducs, des bons d’achats, qu’est ce que tu veux ? Faut bien que j’approvisionne hein ! Et autant de livres d’un coup, ça faisait longtemps.

Et puis quand même, on est le 5 juin, le 5e Twilight sortait aujourd’hui, comment voulais-tu que je le loupe ?!!!

Et parce que j’ai le sens du sacrifice, oui, parfaitement, j’ai mis mon après midi à contribution, histoire de pouvoir te faire une critique constructive avant que tu achètes le dit livre. Photo de la couv’, ça ne fait de mal à personne :

l-appel-du-sang-seconde-vie-de-bree-tann-image-345005-article-ajust_650.jpg
Ce livre est un zoom sur un personnage plus que secondaire du 3e tome. Tellement que je ne m’en souviens absolument pas ! Du moment où elle ( Bree Tanner ) apparait si, mais d’elle en particulier, que nenni !!! Aurais-je une mémoire de poulpe ? Y a des chances !
Le point de vue de l’auteur se déplace du côté des vampires de l’armée de Victoria et de la constitution de cette armée, de la violence du clan, de la nature profonde et réelle du vampire.
C’est du Twilight, pas mieux écrit que les autres, p’têt même encore moins bien … Ca se lit en 4h, d’où cette critique rapide.
Est ce que j’ai aimé ?! Bah oui, évidemment !!! Attends, on me propose de me plonger à pieds joints dans l’univers romantico-bisounouresque de Twilight, j’y cours tu penses ! J’adore, rhooo oui, j’adore approndir les univers qui m’ont emporté, voir les autres points de vue, les petits secrets à côté. Et l’appel du sang, c’est ce qu’il propose. Pas de la grande littérature, pas un souvenir impérissable, juste un truc pour les fans qui desesperent.
Et euh, que ce nouveau livre dont l’histoire se déroule en parallèle du 3e tome sorte un mois avant la sortie en salle de Twilight 3 ne semble pas un hasard. Ca fait monter la pression, ça calme  » la soif  » du fan, ça le replonge dans l’univers, même même, j’ai envie de penser que ça va refaire lire du twilight 3 au lieu de réviser les exams de fin d’année.
Ca ressemble presque à un attrape couillon … En vrai, soyons clair c’en est un.
Mais moi, les attrape couillon comme ça qui me coûte quasi rien, qui me font plaisir et me laisser profiter de ma terrasse, du soleil et d’un samedi après midi re-po-sant, bah j’ai envie de te dire, que ça ne me dérange absolument pas.
Sur ce, j’ai une petite nouvelle d’Anna Gavalda à dévorer, un Musso à finir. J’accroche pas, mais j’ai une de mes amies qui me l’a conseillé, m’a dit que c’était super, que c’est ce qui avait réconcilier son mari avec la lecture alors je persévere. Et puis après ce sera   » Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates ».  J’ai avoir du mal à pas le commencer avant de finir le musso celui là …
Et sinon, j’ai fais une petite glace au yaourt et au citron qui déchire tout. A tomber !!!
Finalement, la vie, elle peut être belle !!!