Quelques coutures pour Juliette

2 octobre et je suis déjà de retour ? Durera ? Durera pas ? On verra demain !

Alors aujourd’hui ce sera couture ! Wouhouhhhhhhhhh ! De sacs !

Oui encore des accessoires alors que vraiment c’est pas plus que ça le truc qui me branche en couture. Mais le sac d’artiste c’est assez sympa à réaliser et surtout parfaitement expliqué par madame Sweet anything. J’en avais déjà fait un l’année dernière pour une petite Fanconi en greffe, j’ai réitéré pour Juliette.

Juliette adore dessiner, surtout sur les murs. Si. Elle a ruiné le papier peint de l’entrée au stylo bille. Le stylo bille c’est le diable. Le stylo bille devrait être banni. Le stylo bille ne devrait jamais rentrer dans une maison où il y a de jeunes enfants. Juliette armée d’un stylo bille peut ruiner une déco, un canapé, un fringue en un temps record. Le stylo est une arme de destruction massive. Ni plus ni moins.

Du coup, pour l’inciter à aller plutôt dessiner sur des feuilles et pouvoir emmener son loisirs préféré partout, en plus des autocollants qu’elle vénère, j’ai refait un sac d’artiste.

Et tester au passage le point appliqué de ma machine à coudre. Il n’est jamais trop tard ! Et j’aime beaucoup le résultat. A réitérer. Sur une couverture en patchwork que je voudrais faire à chacune des filles. J’ai de l’ambition, ça fait que 6 mois que je cherche les tissus pour la chambre de Juliette. Vu que son lit est plus court que les autres, c’était une bonne idée de commencer par un plaid. Sauf que d’ici que ce soit fait, le lit sera en version 190. Je suis la tortue de la couture. Et du genre vieille centenaire la tortue.

Allez trêve de blabla, photos :

Lot de tissus patchwork de chez Buttinette. Mais ça date, et j’ai la flemme de regarder sur le site si le lot existe encore.

Avec ça, elle peut dessiner partout, tout le temps.

A l’école maternelle cette année, les enfants ont des chaussons. Je te passe la polémique engendrée par les chaussons. Que le couloir n’est pas assez large, que peut être on peut réquisitionner la garderie pour mettre les chaussons, et les chaussures après on les mets où ? Et il ne va pas se tromper avec celles du voisin ? Des questions cruciales et vitales !

En vrai, bah on se tasse un peu et tout les p’tits loups ont les chaussons aux pieds en rentrant dans la classe.

Par contre il fallait un sac pour ranger les dits chaussons, sac qui reste au porte manteau de l’école et qui devait être bien identifié au nom de l’enfant. J’ai opté pour la facilité : un sac pochon ! Et pour l’identification j’ai dégainé la cameo.

Ça m’amusait d’utiliser le tissu à converse pour y mettre des chaussons

Prénom fait à la Cameo, flex de chez Happyflex ( aucune idée de la référence couleur)

C’est simple, efficace et rapide !

Demain la journée est très chargée, je ne sais pas si j’aurais le temps de te faire un article digne de ce nom. Vivement samedi !

Mes débuts avec la Silhouette Cameo

La Silhouette Cameo, machine étrange et addictive s’il en est. Qui coupe presque tout si tu sais t’en servir !

Voilà, la nuance est là, si tu sais t’en servir. Et ne pas oublier un réglage, et insérer la feuille de transport bien droite, etc etc.

Elle me terrorisait la bestiole. Je ne me sentais capable de rien. Le logiciel n’est pas hyper hyper simple à prendre en main mais heureusement il y a des tonnes de tutoriels vidéo sur internet. Oufffffffff !

Elle a pris la poussière pendant des semaines, je le confesse. Chacune de mes tentatives pour en sortir quelque chose depuis le cœur de la housse de DS de Valentine avait été un énorme échec. Et déjà pour le cœur j’avais beaucoup galéré.

Et puis aux vacances de Pâques, le prof de maths de Ninon nous a balancé une nouvelle construction en carton à réaliser. Un truc simple hein. Qui prend peu de temps : un camion citerne !!! En carton. Le camion. Avec une citerne !!! Une fichue citerne, et des roues. Et naturellement aucune dimension pour rien, juste 3 images. De face, dessus et profil de ce à quoi ça devait ressembler. Facile je te dis. Finger in the nose. Depuis 2 ans nous sommes habitués aux constructions pourries de quasi chaque « session » de vacances. Déjà à Noël, on avait eu le droit à une structure improbable.

Là pour le camion, on a triché. Enfin triché oui et non, vu que nous avons conçu tous les patrons en amont, la machine ne coupe que ce qu’on lui donne à couper. Bref, j’ai appris à maîtriser les bases du logiciel en faisant un camion, parce que couper des ronds parfaits à la main c’est quasi impossible.

Au final on a eu ça :

Photos à l’iphone d’où le flou artistique

Et malgré les coupes impeccables de la cameo, l’assemblage est plus aléatoire, essaye de faire un cylindre parfait en carton toi !

Retour de notation demain.

Le seul élément positif de ces 8h de travail c’est que ça m’a vraiment remotiver à utiliser la cameo a fond.

Et c’est ce que j’ai fait dimanche. D’abord des stickers pour étiqueter les bacs Trofast de manière à ce que même Juliette, qui à 2 ans et demi ne sait évidemment pas lire ( elle a du retard !) sache ce qu’ils contiennent.

Images d’origines téléchargées sur le net, sauf le lego que j’ai fait seule ( niveau difficulté en dessous de zéro !), et transformées ( on dit vectorisée dans le jargon) en « silhouette ». Vinyl adhésif noir mat Happyflex.

Aucun soucis à signaler ! Tout s’est très très bien passé.

C’est donc toute pleine de confiance que je me suis enfin lancée dans la découpe du stickers prévu pour mon atelier.

Et ça ne s’est pas aussi bien passé. J’ai voulu quelque chose de trop travaillé au point de départ. Trop petit, trop de détails. Trop difficile pour la débutante que je suis. Je me suis donc rabattue sur une phrase que j’avais préparée des semaines et des semaines avant. Et ça a tout de suite était mieux.

Police de caractère Dali sur Dafont

Il est posé en dessous du plus haut Velux du grenier, celui qui n’a vue que sur le ciel !

Avec la lumière on ne voit rien…Atelier à l’état naturel.

Partie comme j’étais, je ne me suis pas arrêtée en si bon chemin. Et j’ai sombré dans la contrefaçon. Rien de moins !

J’avais vu un cadre à ikea 

Cadre Bispgarden Ikea

Pour mémoire je n’avais pas pris de caddie, juste un sac qui était déjà largement rempli et m’avait refilé un torticolis. Mais j’ai regretté, regretté, regretté ! Jusqu’à ce qu’un éclair d’intelligence ( ils sont bien rares ) me rappelle que j’avais une Caméo !!! Et que peut être je pourrais faire ma propre version…

Presque sitôt pensé, presque sitôt réalisé. Juste le temps de trouver les papiers dans ma réserve et un cadre à Leroy Merlin.

Et voilààààààààààààà

On est d’accord, on est pas à l’identique. Mais je l’aime beaucoup ce cadre, et il est plus petit que celui d’Ikea, ce qui me permettra de lui trouver une place plus facilement. J’attends ce week end pour me décider !

Voilà, si tu as été très observateur(trice) tu as pu remarquer qu’il y avait un autre projet cameo en cours. Mais je ne sais pas du tout quand il sera fini.

J’ai énormément d’idées à concrétiser, bon pas beaucoup plus de temps. Mais les petits projets cameo prennent bien moins de temps qu’un gros projet couture et surtout je peux les préparer sur l’ordi de n’importe où tout en surveillant Juliette. C’est toujours ça de gagné.

En parlant de Juliette, je te fais son point santé ce week end au plus tard et je te raconte ses dernières âneries, et tu peux me croire y a du lourd !