de la féminité

Je t’ai dis hier, ma fille ainée a adopté la coupe de Katie Holmes. Enfin pas la dernière en date il me semble. Note bien que j’en sais rien, je ne suis absolument pas au courant des derniers potins en cours. C’est peut être la coupe 2009 de madame Cruise…

On s’en fout, on vit dans le Berry ! On peut avoir 2 ans de retard et paraitre quand même hyper tendance…

Du coup, avec cette nouvelle coupe :

Photo 012.jpg

Y a un peu d’entretien à faire. Et quand je te parle d’entretien c’est pas un passage chez le coiffeur à chaques vacances scolaires. Non. Enfin si, forcément pour ne pas avoir la frange dans les yeux et le tif approximatif.

C’est surtout qu’il faut faire des brushings à chaque shampooing pour garder la forme de la coupe, le cheveu qui va bien vers l’intérieur et pas une coupe façon chien fou qui s’ébroue sur la plage.

Oui un brushing. 3 à 4 fois par semaine. Et que c’est pas Olivier qui s’y colle, pas plus que Ninon qui a déjà du mal à monter les escaliers sans se prendre les pieds dans une marche… Oui moi aussi ça m’interpelle le fait qu’elle se péte la tronche dans l’escalier au moins une fois par semaine, et pas en descendant hein, en montant ! Comprends pas bien …

Enfin bref, je brushe, je brushe et je brushe, parce qu’il est hors de question que ma fille ait l’air d’un chien fou pour aller à l’école ou ailleurs.

Et quand je brushe, je m’interroge en même temps. Est ce que c’est par ces choses là que se transmet la féminité ? Est ce que ça se transmet ? Comment ça se passe cette affaire là ?

Je ne suis pas très féminine, pas camionneuse mais plus proche de ça que de la fashion victim. Tous les 3 mois je me dis que je devrais faire des efforts, me maquiller au moins tous les jours, mettre des fringues plus tendances et pas juste confortables et pratiques. Remettre des talons. Me faire les ongles.

Des choses que je faisais avec bonheur avant d’avoir des enfants, des responsabilités, des trucs qui bouffent un temps pas possible. Des choses qui me paraissaient essentielles et impossible à mettre au rencard.

Maintenant je me regarde à peine dans un miroir, je hausse les épaules devant mes cheveux indomptables, j’ai baissé les bras. Comme si le chantier était trop important.

Mais avec bientôt 4 filles, je voudrais remonter mes manches et leur transmettre autre chose que cette image très abimée. Je sais que je ne serai jamais une maman à la pointe de la mode, avec le maquillage sophistiquée et la coiffure toujours parfaite même à 18h.

Evidemment la grossesse n’a pas particulièrement arrangé les choses ! Ce n’est pas aujourd’hui que je vais me sentir au top de ma séduction. Mais après, bientôt, il va sérieuement falloir songer à ME mettre en haut de la liste des travaux prioritaires. Et ne plus tout miser sur mes filles, qui elles ont de l’allure. Si. Je fais ce qu’il faut pour.

Si je ne me sens plus rien à prouver en tant que parent/mère/éducatrice, je sens que j’ai des années de retard à rattraper avec moi même et qu’il est temps que je me retrouve et que je retrouve le plaisir que j’avais à me pomponner et à me trouver jolie au final. Oui il fût un temps où je me trouvais jolie.

Putain, ça date quand même …

 

La reflexion est entamée, le chemin va se faire et je te tiendrais au courant de l’avancée des choses.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *