Des ratés, des loupés, mince alors !

Ah mais non, cette fois-ci, je n’y suis pour rien.

Ma livebox a mourru.

Rip…

Comme ça, samedi soir.

La nouvelle commence son existence au 13 parmi nous.

Une existence timide puisque pas encore de téléphone et pas non plus de tv …

Mais internet !!!

Ah internettttttttttttttt…

Ce que vous allez loupé et moi aussi c’est ma presque consécration de ma méchanceté exposée on-line !

Oui oui oui, parfaitement.

Ca fait tellement plaisir de se sentir reconnu dans son art.

Malheureusement les propos rapportés sur la toile ne sont pas exactement les bons et en plus, à défaut d’être plutôt bien décrite mon nom n’est pas cité ! Même pas genre « la dame du 13″… Même pas ! Un manque de reconnaissance qui évidemment me laissera encore dans l’anonymat.

Dommage non ?!

Tu comprends rien à l’histoire ?!

Je te fais un exposé rapidou de la situation.

Vendredi soir j’avais conseil d’école à la maternelle de chouchou. On m’invite j’y vais. Même si je ne suis pas titulaire, mais suppléante. Rapport que j’ai exigé en contrepartie de ma participation à cette élection d’être à la fin de la liste, tout à la fin. Je comblais, avec les copines, les trous pour qu’au moins une liste puisse être présentée à l’école.

Attention, dis comme ça, pour un peu je passerai pour une héroïne de la vie courante. Mais que nenni, tu me connais à force.

Le conseil se déroule, ça cause, ça discute école, réglement intérieur, etc etc. Quand arrive notre représentant de la mairie.  Qui d’emblée se dit que ce serait vachement bien de mettre les points sur les i dès tout de suite maintenant parce que lui, il en a marre, lui il en peut plus, lui il ne comprend pas pourquoi il n’y a que 2 écoles sur toute la belle ville de Châteauroux qui lui posent des soucis. Et que peut-être, attention hein, il met le tout au conditionnel, histoire qu’on ne pense pas que peut être il pense ce qu’il pourrait penser, ce serait rien que de la faute des parents d’élèves des écoles qui ont fermé l’année dernière.

Les chiants, les gueulards, les ceux qui ont tout plein de la rancoeur à l’intérieur d’eux-même. Et qui ne veulent pas regarder vers l’avenir.  Ah les gensssssss, je vous jure ! Et que lui, il veut retrouver de la bonne foi et du sérieux dans les propos.

En voilà une belle liste pour la Noël !

Et que oui, quand même il est ouvert au dialogue, il l’a toujours été (« oh ? Really ?!) et que ce ne sont pas des façons de faire que de lui envoyer des courriers signés de plein de gens de l’école pour lui signaler des soucis.

Non mais attends, même pas du soucis grave en plus. Juste un leger problème de sécurisation d’une artère principale de la ville, avec un petit problème de synchronisation des feux qui fait que quand c’est vert pour les voitures qui tournent à droite ou à gauche c’est aussi vert pour les petits pietons …. Et que du coup, on a juste failli perdre une ou deux nounous et les 8 enfants qui les accompagnent.

La ville de Châteauroux étant large sur les effectifs scolaires, tu peux y aller on est pas à 8 élèves près. Quand en plus, on sait d’où ils viennent ces enfants, ces anciens des écoles fermées, on va pas non plus faire un effort.

La pomme ne tombant jamais loin de l’arbre, quand on connait les parents, on se dit que peut être les enfants pouseront pareil …

Non mais on a manqué de tact en lui envoyant un courrier, après avoir appellé la mairie qui n’a pas pu renseigner le service concerné et qui a renvoyé sur la CAC qui a dit de faire un courrier. A la mairie.

Non, mais Mea Culpa, on a merdé.

Voilà, on s’est fait une petite demi heure de tout ça, puis on enchaine sur d’autres trucs. Je te passe le détail et pourtant j’aurais de quoi dire.

Et puis, v’là t’y pas, que le merveilleux monsieur de la mairie, il commence à faire le beau seigneur en disant que quand même il avait accordé toutes les dérogations !

Dérogation ?! Un mot qui me parle !!!

Et me voilà à prendre la parole, histoire de remettre moi aussi les points sur les i et de rappeller le dernier conseil de mes écoles fermées. Où le même monsieur avait annoncé qu’il avait refusé  tout plein tout plein de dérogations. Si si si, même que ça nous avait légérement enervé, nous les mamans à qui on avait dit que nos enfants iraient où ils voudraient.

Et que du coup, des mères en colère ça donne une meute de louves capable de tout, et que bizarrement après ce conseil d’école quelque peu houleux toutes les dérogations avaient été acceptées.

Mais, je ments, évidemment, je ments. Je ne suis qu’une perturbatrice, une agitatrice quasi professionnelle. Et qu’il ne comprend pas, le brave homme, qu’il ne voit pas de quoi je parle.

Tu connais ma diplomatie naturelle et mon sens de l’à propos, on me tend une perche je la prends. J’ai osé dire, attention, roulements de tambours :

 » Ah ça, vous n’avez jamais rien compris et vous ne comprendrez jamais rien »

Ouh la méchante, ouh la mauvaise.

Humiliation totale, homme à terre, se sent pris pour un imbécile. ( tu sens l’ironie là hein ? rassure-moi)

Et de là, j’ai eu le droit à mon petit couplet perso, sur le blog du dit monsieur de la mairie.

Ca en valait la peine non ?!

Comme je suis l’horrible méchante, j’assume totalement mes propos, la victime aura peut être du mal à se remettre de cet affront terrible. En même temps, je me sens toujours dans le vrai.

Je suis pas certaine, certaine au jour d’aujourd’hui que la communication soit son fort, ou les relations humaines, ou le dialogue …

Une petite anecdote pour clôre le sujet. S’agissant du léger retard de la construction de la salle de motricité de la maternelle, le bel homme a fait une comparaison entre le chantier et la rénovation d’une salle de bain qui prendrait plus de temps que prévu ( private joke or not ??? aurais-je la personne en lecteur régulier ?) et qu’il faut savoir faire des concessions et se laver dans l’évier quelque temps. J’ai juste envie de dire que j’ai une autre salle de bain. Complète.Lavabo, baignoire pour les enfants et tutti quanti. Nous n’avons pas eu à nous laver dans l’évier.

Et si nous avions dû nous laver dans l’évier, le chantier aurait été beaucoup plus rapide.

Là où on aurait été con c’est si au beau milieu du chantier de la première salle de bain on s’était dit que ce serait quand même pas mal comme idée de murer la deuxième et d’aller se laver dans l’évier…

A bon entendeur.

Demain, lecteur assidu et régulier, nous reprendrons le cours de nos propos légers et joyeux et tu pourras zieuter en long, en large et en travers le nouveau manteau de chouchou. 

Que j’en ai chié, c’est peu de le dire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *