En vacances

Pour une fois j’ai une vraie excuse pour ne pas alimenter le blog. Pour une fois ! 

 

Je suis en vacances ! Donc pas chez moi, puisqu’en vacances.

Et j’ai chaud ! 

 

Et comme toujours j’ai opté pour deux semaines loin de la maison et comme à chaque fois je trouve ça bien trop long.

 

Phénoméne que je ne m’explique pas… Les vacances au délà d’une semaine, ça me gonfle et je rentrerai bien parce que j’ai des tonnes d’idées à mettre en pratique là maintenant tout de suite. Que tu penses bien, je n’en ferai sûrement rien, mais au moins je serai sur place.

Là, bah je suis loin.

 

Pourtant on est super bien ici. Carrément super bien. Le mobil home est super propre, le camping très calme, la piscine trop super bien, l’emplacement parfait, le temps idyllique. Alors pourquoi que j’en ai ras le bol hein ??? 

 

Je ne sais pas. Mais les vacances me gonflent puis c’est tout. La 2e semaine. La première ça va. L’année prochaine je ne réserve qu’une semaine…Ou pas, parce que je vais culpabiliser pour les filles, ce sont leurs vacances et blablabla et elles en profitent et blablabli et je suis une egoïste et reblabla. Mauvaise mère, indigne personnage, DDASS …

Y a t il quelqu’un d’autre comme moi ????

 

 

A part ça, parce que se plaindre des vacances c’est se foutre de la gueule du monde. Avant de partir j’ai remué ciel et terre pour dégoter un rdv à Juliette avec le spécialiste de l’anémie de Fanconi. J’ai forcé la main à mon généraliste pour qu’il me fasse le courrier en urgence après avoir eu la présidente de l’assoc’ qui m’a indiqué le médecin à contacter qui partait en vacances le mercredi et sa secrétaire le vendredi, qu’on était un peu vendredi d’ailleurs. Tout ça, tout ça ! Et qu’il fallait faxer un dossier avec des résultats d’analyses sanguines qu’on avait jamais fait. Ce fût fait. Faxé le mardi. Et aucun appel. Rien. 

L’impression d’avoir fait chier le monde pour rien. Qu’on nous oubliait dans le fin fond de notre Berry. Le desespoir le plus complet. 

 

Et puis nous sommes partis en normandie chez ma mère, déposer le chien et là le miracle ! La secrétaire revenue de vacances nous a fixé un rdv. Elle avait un post it du médecin sur son bureau  » à rappeller tout de suite. Fixer un rdv le plus tôt possible en dehors des heures de consultation prévues ».

Il revient le 6 août, nous avons rdv le 13 août. Ca me parait très bien ça ! A midi.

Alors on a sauté de joie. D’être entendu, pris en compte, en charge, écouté. Et après on a pleuré. Parce que quand le spécialiste veut vous voir le plus vite possible et qu’il vous rajoute à son planning déjà chargé, à tous les coups c’est pas pour prendre le thé en bonne compagnie.

 

On avance quand même, ce sera ça ou pas, mais on sera fixé fin septembre au plus tard sur cette maladie là. 

 

Et même si j’avais dis qu’on profiterait, qu’on mettrait tout ça de côté. En vrai, ça marche pas. L’ombre, la menace, tout ça ne me quitte jamais. Accompagné de l’impression de mal faire permanente.

 

Le culpabilimètre est au plus haut. Des vacances légères comme tu vois !

 

Et je me demande pourquoi j’ai envie de rentrer chez moi ?

 

A part ça on va bien !!!

 

 

 

071.JPG

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *