Going Grey 2 ans après

 

Pardon pour le choc ! Je sais que tu n’es pas habitué à avoir la photo avant le texte. Courage, le plus dur est passé !!! Enfin presque…

Quand tu penses que ce sont les meilleures photos, imagine les autres !!!

C’est fini ! Promis !

Pour les nouveaux arrivants, il y a 2 ans j’ai décidé de ne plus colorer mes cheveux (ici) puis de dégager ma tignasse longue et bousillée pour une coupe courte (). Je vis plutôt bien mon gris, même si quelque fois j’aimerai retrouver mes cheveux noirs de naissance, mais ça c’est impossible sans colorer !

Ce qui me manque le plus, à vrai dire c’est la longueur. Mes cheveux longs me manquent. Mes boucles me manquent, la liberté de coiffage me manque.

Du coup je laisse repousser. Jusqu’où ? On verra bien !

Je garde le rythme d’un passage chez le coiffeur tous les 3 mois histoire d’entretenir la base et d’avoir une certaine « structure » (Ou sinon j’investis dans une topiaire…) pour ne pas me sentir « negligée ». Parce que les cheveux gris plus une vieille coupe informe ça ne va pas être possible.

Les cheveux gris naturels, faut pas croire c’est de l’entretien ! Et j’use des shampoing déjaunisseurs et même avec ça j’ai des quand même des mèches quelque peu jaunasse…Et ça m’énerve !!!

Et bien sûr plus les cheveux sont longs plus ça risque de jaunir, puisque c’est l’exposition au soleil, à la pollution et  aux brushings et/ou lissages quotidiens qui font que ça oxyde.  Je ne porte jamais de chapeau, je vis en centre ville et j’alterne brushing et lissage ! Tout pour plaire !

Mais quand même je veux des cheveux longs ! Affaire à suivre !

5 réponses sur “Going Grey 2 ans après”

  1. Hey!
    Mais c’est qu’en plus voilà-t-y pas que la dame est givrée aussi!!
    Tu connais sans doute le blog de citron jaune?
    Ici au bout de 9 mois de joyeuse bi-colorité (gag), j’ai rejoint la troupe des « poivre et sel », libre et légère.
    Par contre, je me régale avec les cheveux courts (moi qui les avais toujours eu longs).
    Cool, on va suivre le journal de pousse!
    (Félicitations pour cette avalanche d’articles 😀 … on n’en espérait pas tant!)
    Bonne journée !

    1. Givrée qui s’assume !
      Je connais le blog de Citron Jaune bien que j’y n’ai jamais participé mais elle a vraiment fait un super job en l’ouvrant et en l’alimentant autant. J’y ai trouvé beaucoup d’inspiration et surtout de bienveillance envers celles qui osent, qui hésitent ou qui rebroussent chemin.
      Il n’y a pas longtemps je lisais dans les commentaires que ce n’est pas le fait d’avoir les cheveux blancs, ou gris, ou un doux mélange de poivre et sel le problème mais bien de réussir à faire le deuil de ce que l’on a été et qu’on ne sera plus jamais « naturellement ». C’est une phrase qui m’a beaucoup parlée. J’aime mes cheveux comme ils sont et même je les revendique mais ils disent aussi que le temps a passé et que certaines choses ne seront plus. C’est bien plus qu’un changement de couleur de cheveux cette décision et de vivre la bicolorité, c’est une réelle transition, un peu comme une grossesse 😉 On ne sera pas vraiment différente mais plus vraiment la même.

      1. Tout a fait d’accord avec toi… pour le blog et pour le temps qui passe!
        La tonalité du blog est particulièrement bienveillante. Les échanges sont toujours constructifs et chaleureux.
        Il m’a donné le petit coup de pouce pour franchir le cap, le jour ou je suis revenue de chez la coiffeuse, avec une couleur refaite impeccable… et qu’en me regardant dans la glace je me suis sentie assez proche du playmobil!
        Mes cheveux ne collaient plus avec l’age de mon visage.
        Oui le temps passe, c’est une réalité, et pas forcement negative. Je me sens bien plus en accord avec moi même avec mes cheveux gris.
        Il y a également une pincée de féminisme dans ce choix : un homme qui grisonne c’est la classe… mais qui donc a décidé que pour une femme ce serait négligé!?!
        (Le mari de Tatiana de Rosnay lui parle de « poivre et sexe »… nettement plus rock n’roll qu’un « gris retraitée »!)

        1. Je comprends parfaitement ce sentiment d’adéquation entre sa personnalité, son vécu et l’image qu’on renvoie et souhaite renvoyer. Du coup je trouve que choisir d’être givrée c’est plus qu’une pincée de féminisme ! C’est même de la manifestation passive contre les diktats. Notre corps, nos règles.
          J’aime la phrase du mari de Tatiana de Rosnay (autant que je lui envie sa chevelure !), et comme le blog de citron jaune, c’est le regard des autres qui fait beaucoup. Le notre est le point de départ mais après il faut quelques encouragement devant les matins chagrins et les regards en biais (bien que je n’ai jamais eu à essuyer une seule remarque négative).
          Parfois je souris intérieurement au salon de coiffure quand je vois une dame du double de mon âge sortir avec une couleur impeccable quand à côté je tiens à garder mes cheveux gris. Et je me dis que c’est tellement bien ce monde où chacune fait ce qu’elle veut selon comment elle se sent belle ou juste « elle-même »!. Si seulement il y avait moins de jugement, qu’est ce qu’on aurait la paix !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *