Les dernières nouvelles

L’échographie de contrôle c’était hier après midi.

Elle a montré une croissance harmonieuse mais insuffisante. Il y a toujours une tête trop petite et d’autres paramètres qui ne s’améliorent pas.

Le doc référent qui nous prend en charge nous a donc proposé plusieurs examens supplémentaires, que nous avons eu le choix de refuser, mais qu’il est hors de question que nous refusions.

Lundi matin je vais donc aller faire faire une amniocentèse qui va determiner si le caryotype est strictement normal, si des morceaux de chromosomes sont allés se coller ailleurs ou si une trisomie (13,18,21) est présente. Nous aurons les résultats fin juillet.

Le 29 juillet je repasse une écho de contrôle. A ce moment là, si tout est encore statu quo et que le caryotype est normal, un rdv pour une IRM foetale sera pris au CHU de Tours. IRM qui n’aura lieu que pendant la 2e quinzaine d’août.

Cette IRM determinera si le cerveau est strictement normal ou s’il y a un retard de développement. Elle ne peut être faite, comme les échos classique du 1er/2e/3e trimestre, qu’à un certain moment de la grossesse. Tardivement peut être, mais le cerveau d’un foetus a son rythme de développement et un examen fait trop tôt n’indiquera strictement rien d’interprétable.

 

Les nouvelles ne sont pas les meilleures, pas les pires non plus. Je suis prête à entendre le plus dur, et si fin août tous les examens se révélent bons et bien nous aurons 1 mois et demi pour préparer l’arrivée d’une 4e petite puce.

 

L’attachement à ce bébé est évidemment perturbé, pour autant il existe. Autrement. Nous ne mettons pas les mêmes espoirs, ni n’imaginons pas l’avenir. Nous sommes obligés de nous protéger. C’est le côté le plus compliqué à gérer. Nous ne nions pas sa présence, mais nous ne préparons pas son arrivée à la maison. Nous aurons bien le temps de le faire en septembre !

 

J’ai de mon côté pris le parti de continuer à profiter de la vie autant que possible. Je refuse de me terrer en attendant que les jours passent. J’ai des projets coutures, des lectures, des sorties cinéma avec les filles, de la déco, de ce qui constituait notre vie avant et de ce qui la constituera encore. Ce sont les vacances pour les filles, elles ne peuvent pas nous regarder pleurer et bouffer notre stress et nos angoisses.

Je veux continuer à rire, à voir ce qui va bien, à profiter du bon qu’on peut avoir.

Je me sens sereine, même si je sais qu’il y aura des jours plus durs que d’autres pendant toute cette période.

Merci à toutes et tous pour vos messages de soutien. Ils sont lus attentivement, je peux vous l’assurer.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *